Donald Trump adresse « ses sentiments chaleureux » aux Africains

Donald Trump a prié, vendredi, le dirigeant rwandais, Paul Kagame, président de l’Union Africaine, de transmettre  » ses sentiments chaleureux  » aux chefs d’Etat du continent, qui s’étaient récemment insurgés contre des propos  » blessants  » attribués au président américain.

 

L’UA, qui se réunit en sommet les 28 et 29 janvier dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, avait condamné mi-janvier les remarques  » blessantes  » de Donald Trump à l’encontre de plusieurs nations africaines qualifiées de  » pays de merde  » dans des propos rapportés par des médias.

 » Je sais que vous (N.D.R. : Union africaine) vous réunissez bientôt, et je vous prie de transmettre mes sentiments chaleureux  » aux dirigeants africains, a dit le président américain après une rencontre avec son homologue rwandais au Forum économique mondial de Davos (Suisse).

Couvrant son interlocuteur de propos élogieux, Donald Trump a parlé d’une  » excellente discussion « ,  » absolument merveilleuse  » avec le chef d’Etat africain qu’il a eu le  » grand honneur  » de rencontrer dans la station de ski huppée.

M. Kagame a, lui, jugé que l’entretien avait été  » bon « , ajoutant que les deux hommes avaient parlé d’économie et d’échanges commerciaux.

Le président américain n’a pas répondu à des questions criées depuis la salle pour savoir s’il avait évoqué les propos sur les  » pays de merde « .

Le Forum économique mondial de Davos réunit depuis mardi des milliers de grands patrons, riches financiers et dirigeants politiques.

Donald Trump doit y prononcer un discours à 13H00 GMT (14H00, en Belgique).

Les déclarations attribuées à Donald Trump ont suscité une vague d’indignation mondiale.

Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont, par exemple, exigé  » rétractation  » et  » excuses « . Le Sénégal et le Bostwana ont convoqué chacun l’ambassadeur américain. Et le gouvernement haïtien a, lui, dénoncé des propos  » odieux et abjects « .

Donald Trump a, dans un premier temps, réagi, comme souvent, via Twitter, avec une formule alambiquée :  » Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés « .

 » Je ne suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée », a ensuite déclaré le président américain à des journalistes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.