0 3 minutes 12 mois

Des révélations chocs. L’ex-footballeur Patrice Évra a révélé au Times ce vendredi 22 octobre avoir été victime d’agressions sexuelles par le principal de son collège alors qu’il avait 13 ans.

Interrogé à l’occasion de la sortie de son autobiographie « I love this game » le 28 octobre, l’ancien international et capitaine de l’équipe de France, qui a aujourd’hui 40 ans, a confié que son professeur qui l’hébergeait lorsqu’il était adolescent afin de lui éviter les transports de chez lui à l’école l’avait agressé sexuellement.

Un drame qu’il raconte aussi dans son livre dont le Times publie des extraits : « Je savais que ce qu’il faisait était mal, alors j’essayais de le repousser et de le frapper. J’étais robuste, mais j’avais peur […]. Ça pouvait durer 10 ou 15 minutes, comme une bagarre. Il ne rigolait pas ; il essayait à tout prix de m’enlever mon pantalon. Dans le noir, il ne parlait pas. Mais il se touchait et la situation l’excitait sexuellement. […] La dernière nuit chez lui, quand il savait que j’allais rentrer chez moi, il a fini par réussir. Il a mis mon pénis dans sa bouche », écrit Patrice Évra.

« Si je parle, c’est pour les autres enfants victimes »
À 24 ans, alors joueur à Monaco, il déclare avoir été contacté par la police au sujet de ce professeur. Il n’a rien dit. « Vivre avec ça a été l’un de mes plus grands regrets parce que j’aurais pu aider tellement de gens », révèle-t-il au Times.

« Je vais être honnête, quand j’ai fait le livre, au début, je n’ai pas raconté toute l’histoire parce que j’étais encore honteux et j’avais peur de ce que les gens allaient penser. Maintenant, je veux en parler parce que je ne veux pas que des enfants qui ont vécu la même chose que moi aient honte d’eux-mêmes. (…) Si je parle, c’est pour les autres enfants victimes », raconte-t-il au journal britannique.

Avant d’écrire ce livre, seule sa fiancée Margaux Alexandra était au courant. Il a dû annoncer à sa mère ce qui lui était arrivé. Pleine de colère, elle a assuré que si lui ne portait pas plainte, elle le ferait. Il ajoute : « Elle m’a dit qu’elle était désolée. Elle m’a dit ‘ne mets pas ça dans ton livre Patrice, c’est privé’. Mais quand je lui ai répondu que je ne le faisais pas pour moi, mais pour les autres enfants, elle a compris »..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.