MESSES BASSES / Abus sexuels dans l’Église : la « lenteur consternante » des évêques de France

Un collectif des victimes de violences sexuelles dans l'Église catholique pointe, dans une déclaration diffusée mardi, « la lenteur consternante » des évêques de France à réagir au rapport accablant sur la pédocriminalité commise en son sein. Dans ce document transmis à l'AFP, le collectif de victimes dans l'Église de Vendée (ouest de la France) expriment « leur vive déception et leur désarroi face à l'absence de réponses concrètes et d'empathie véritable, au-delà de la langue de bois de la plupart des évêques de France »...

Plus de 300.000 victimes
Dans son rapport publié le 5 octobre, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), présidée par Jean-Marc Sauvé, a estimé à 216.000 le nombre de mineurs victimes d’un prêtre ou d’un religieux en France depuis les années 1950, et à 330.000 si l’on ajoute les agresseurs laïcs en lien avec les institutions de l’Église (suite en dessous).

Une seule exception « notable »
Le collectif des victimes de Vendée regrette que la Conférence des évêques de France (CEF) tarde à « prendre toute la mesure de l’ampleur dramatique et des conséquences des abus sexuels commis dans les diocèses de France », à l’exception « notable » du diocèse de Luçon, en Vendée. Les victimes saluent « la spécificité exemplaire de l’évêque de ce diocèse vendéen dans le domaine de l’écoute, de la compréhension et de la reconnaissance de la souffrance des nombreuses personnes victimes de prêtres, religieux ou laïcs catholiques dans son diocèse ».

Acte de repentance public
En octobre 2020, l’évêque de Luçon, Mgr François Jacolin, avait organisé un acte de repentance public en présence du collectif de victimes dans l’amphithéâtre d’un lycée de la Roche-sur-Yon. Puis, le 14 mars 2021, il avait dévoilé une plaque commémorative dans la cathédrale de Luçon et présidé une célébration de repentance. « Ces actes de repentance doivent se multiplier dans les diocèses et avoir lieu devant les victimes et la société civile plutôt que lors d’une messe », a précisé à L’AFP Jean-Pierre Sautreau, fondateur du collectif et auteur de l’ouvrage « Criez pour nous » (2021, La Geste).

45 recommandations de la Ciase
Le collectif de victimes vendéen entend désormais « agir fermement » pour « une mise en œuvre efficace et rapide » des 45 recommandations de la Commission indépendante des abus sexuels dans l’Église (Ciase), « en particulier dans le domaine sensible des réparations et des indemnisations ». La Conférence des évêques de France prévoit notamment d’étudier ces recommandations lors de son assemblée plénière à Lourdes du 2 au 8 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.