0 2 minutes 11 mois

D’après l’enquête dévoilée par Libération, dans sa parution de ce mardi 02 novembre, le traitement, pourtant banal, du docteur Hussein Joubaily a viré au drame.

La nurse Adja Seynabou Diallo, qui s’est rendue au commissariat du Plateau, a déballé devant les enquêteurs.

Selon elle, le docteur Joubaily a demandé si le bébé a été « scopé » et elle lui aurait dit non. Tout comme elle a réitéré que l’appareil n’avait pas de scope.

C’est ainsi que le docteur Joubaily aurait lancé : « Pu… de m…, on a fait une erreur », avant de demander ce qu’il allait servir aux parents du bébé Roya Saleh.

Toujours d’après la nurse, le docteur Joubaily leur aurait instruit de ne pas dire aux policiers qu’il n’y avait pas de scope, alors que la dénommée Sarah Sidibé recommandait de cacher aux policiers qu’il n’y avait pas un drap couvrant la machine en marche.

Pis, selon elle, Sarah Sidibé a convoqué toutes les nurses au 6e étage afin de tenir une réunion lors de laquelle, dans le rôle du policier-enquêteur, elle leur a posé des questions et livré des réponses préparées pour concocter une version concordante à servir aux limiers.

Quid, après ce déballage, des résultats de l’autopsie réalisée en France et faisant accroire à une maladie génétique dont souffrirait le nourrisson Roya Saleh ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.