0 3 minutes 6 mois
« Le Président Macky Sall et son camp ont encore utilisé leur majorité mécanique pour poser à l(Assemblée nationale un acte purement politicien en direction des élections législatives.En effet, la décision unilatérale du gouvernement de diminuer le nombre de députés sur la liste nationale n’est rien d’autre qu’un choix clair de rupture de consensus de plus à travers l’Assemblée nationale. Cette décision foule aux pieds le protocole additionnel de la CEDEAO (N.D.R. : Confédération des États de l’Afrique de l’Ouest) qui interdit toute modification dans le processus électoral à six mois des élections sans un consensus acté par les parties prenantes ».
La formation politique, fondée par Me Abdoulaye Wade, déplore également la « volonté affichée de ce régime en place d’empêcher des millions de jeunes de sr’inscrire sur les listes électorales par l’utilisation de plusieurs filtres dont, notamment, l’obtention préalable de la carte nationale d’identité et la courte période réservée aux inscriptions ».
Le PDS dénonce « cette méthode anti-démocratique, rétrograde et malsaine savamment arrangée pour écarter systématiquement des listes électorales notre jeunesse qui devrait avoir la possibilité de choisir librement et démocratiquement les dirigeants qui vont changer l’avenir sombre que lui réserve le régime en place ». Face à cette situation, le PDS exige « un véritable audit du fichier électoral par l’ensemble des partis politiques et dénonce la dernière revue sommaire qui n’a été qu’une manœuvre de plus pour maintenir un fichier vicié et taillé sur mesure pour permettre au pouvoir en place de gagner les élections ». Enfin, le PDS lance un appel à « tous les acteurs politiques à s’unir pour rejeter énergiquement le système de parrainage anti-démocratique imposé par le pouvoir en place en violation de la décision de la Cour de Justice de CEDEAO n° ECW/CCJJUD/10/21 du 28 avril 2021 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.