MARINE PAS À LA HAUTEUR / Le débat Macron-Le Pen, une mauvaise réplique de celui de 2017

Si la forme était moins hostile, les caractéristiques de fond du débat précédent n'ont pas pris une ride. Et ne devraient pas bouleverser le rapport de force.

Pour se défendre -outre les « c’est faux » répétés en boucle- la présidente « en congé » du RN n’a rien trouvé de mieux que de brandir un tweet imprimé datant de cette époque et dans lequel elle affirmait qu’elle était pour une « Ukraine libre ».

Un geste censé l’absoudre de sa poutinophilie , mais qui a provoqué l’hilarité des réseaux sociaux, et qui a surtout permis à Emmanuel Macron de rappeler qu’elle était certes pour une « Ukraine libre », mais sans la Crimée qui venait d’être annexée par Vladimir Poutine. Une annexion qu’elle avait soutenue.

Sur le fond, l’impression d’assister à une reproduction du match aller était tenace. Sur la forme en revanche, les échanges étaient moins acerbes. Il y a bien eu quelques invectives, à l’image de cette passe d’arme sur l’écologie, sujet totalement absent du débat il y a 5 ans. « Vous êtes climatosceptique », a lancé Emmanuel Macron. « Climato-hypocrite », a répondu la candidate RN.

Ou encore ce tacle appuyé du président-candidat au moment où son adversaire évoquait l’interdiction du port du voile. « Vous n’avez pas lu ma loi », a accusé Marine Le Pen. « Non, mais j’ai lu la Constitution », a rétorqué Emmanuel Macron, en référence aux nombreuses alertes émises par des constitutionnalistes au sujet de la faisabilité du projet de la députée du Pas-de-Calais.

Le Macron donneur de leçons jamais très loin

Une pique efficace, mais qui n’arrangera pas le procès en arrogance fait au chef d’État qui, à de très nombreuses reprises, n’arrivait pas à se défaire de ce ton professoral, voire donneur de leçons, qu’exècrent ses adversaires. Mais cet angle d’attaque n’a pas vraiment été exploité par Marine Le Pen, pas plus qu’elle n’a appuyé sur l’affaire McKinsey pourtant traînée comme un boulet par le président-candidat.

Les invectives ont été globalement moins nombreuses, comme si l’un comme l’autre voulait à tout prix éviter la faute de carre. « On est beaucoup plus disciplinés qu’il y a 5 ans, Madame Le Pen », a d’ailleurs fait remarquer Emmanuel Macron. Réponse de Marine Le Pen : « c’est vrai, on voit qu’on vieillit ». La différence de niveau entre les deux n’a, elle, pas pris une ride.

Selon un sondage Elabe réalisé pour BFMTV, 59% des Français ont jugé le premier convaincant, seulement 39% pour la seconde.

Source : HuffPost

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.