0 9 minutes 5 mois

Les nommés Serigne Fallou Sow, Mamadou Ba, Babacar Guèye, Aboubakry Thiam, Cheikh Dieng, Mor Fall, Dame Fall, Mamour Top, Joseph Diouf.et Ibrahima Baldé considéré comme le cerveau de la bande,  ont comparu ce mercredi devant la barre du tribunal pour actes contre-nature _  Ibrahima Baldé est aussi poursuivi, en plus du délit cité, de détournement de mineur, de proxénétisme et de corruption de mineurs. Deux (2) filles, à savoir Diarra Badiane et Fatou Kiné Guèye, ont aussi comparu, pour leur part, pour prostitution sans carnet sanitaire.

Les faits remontent à fin avril-début mai, au moment où le monde musulman se préparait à fêter la Korité. Plusieurs membres du groupe ont été arrêtés dans un appartement où ils s’adonnaient à des actes sexuels.

Interpellé sur son rôle, le cerveau de la bande, Ibrahima Baldé, né en 2000 en Guinée Bissau, a donné sa version des faits.
« J’ai pris un appartement avec Diarra et Kiné, mais la dernière est venue de son gré demander mon aide pour que je la mette en rapport avec des hommes pour des rapports sexuels. L’appartement, on l’avait pris pour 4 jours et on payait 36.000Fcfa par jour. Il nous servait de maison de repos », a-t-il déclaré.

« Durant les 3 jours, Serigne Fallou et 2 autres hommes sont passés. Nous avons tous eu des rapports sexuels, sauf le nommé Mamadou Ba. J’ai entretenu des rapports avec Serigne Fallou Sow et un autre dont je ne me souviens plus du nom », a ajouté Ibrahima Baldé.

Interrogé, Serigne Fallou Sow a admis avoir entretenu des rapports avec le principal mis en cause.

« Ibrahima m’a soudoyé en me remettant des sommes d’argent pour que je puisse avoir des rapports avec lui, ce que j’ai refusé lorqu’il m’a invité dans son appartement. Il me donnait des sommes compris entre 8.000Fcfa et 10.000Fcfa. On s’est connu dans un  » Taneber  »  à Thiaroye. Quand je suis repassé, il m’a ainsi proposé de faire l’amour à Fatou Kiné. J’ai fait l’amour une seule fois à cette dernière et 3 fois avec Ibrahima Baldé », a raconté l’élève en formation à l’institut Limamou Lahi.

Pour Ibrahima qui revenait à la charge, Serigne Fallou Sow a lui-même demandé de faire l’amour d’abord à une femme avant d’encaisser ses avances. Le prévenu a soutenu aussi avoir conseillé à Fatou Kiné de demander de l’argent aux hommes avec qui elle couchait.

« Fatou Kiné se donnait gratuitement aux hommes, c’est pourquoi je lui ai conseillé cela », dira le cerveau de la bande.

Interrogé sur la provenance de l’argent qu’il donnait à ses partenaires qu’il invitait et qui, également, servait pour payer l’appartement, Ibrahima a soutenu qu’il provenait de plusieurs hommes, en majorité des commerçants avec qui il entretenait des rapports sexuels.

Les 2 filles ont également été entendues dans le fond de cette affaire.

« J’ai connu Ibrahima à Dakar. Lorsqu’il a pris un appartement, il m’a appelé au téléphone pour me le faire savoir, alors que je me trouvais à Jaxaay. Je suis parti le rejoindre quand je suis rentrée. Il ne m’a rien proposé et je n’ai jamais eu de rapport avec aucun homme là-bas », a confié, devant la barre, Diarra Badiane.

« Ibrahima et moi, nous nous sommes connus à Kolda. Quand je suis venue à Dakar, c’était pour chercher un boulot et on m’a mis en rapport avec lui. Il m’a emmené à Niague où on a partagé pendant 2 jours la même chambre. À notre retour, il me forçait à coucher avec des hommes dans cet appartement. Il m’a menacé de me faire retourner à Kolda si je refusais », a relaté pour sa part Fatou Kiné.

Pour le cas de Fallou Sow, la jeune fille a expliqué que Ibrahima était derrière leur relation sexuelle.
« Il m’a fait croire que le jeune homme avait payé pour entretenir avec moi un rapport sexuel. Je ne me prostitue pas. Ibrahima m’a mis en rapport avec des hommes pendant 1 mois et il encaissait les sommes d’argent. Je n’ai jamais reçu aucun franc de lui durant toute cette période », a-t-elle ajouté en renseignant être mère d’un enfant qu’elle a laissé avec sa grand-mère au village.

Le reste du groupe a nié avoir entretenu des rapports.

« Serigne Fallou Sow est mon ami, il m’a demandé de l’accompagner quand il rejoignait l’appartement de Ibrahima mais je n’y ai rien fait, j’étais assis dans le salon », a confié Mamadou Ba.

Même son de cloche pour Babacar Guèye qui dit s’être rendu sur les lieux pour uniquement prendre des photos, ce que Joseph Diouf a confirmé. Aboubakry Thiam, Cheikh Dieng, Dame Fall et Mamour Top ont tenu le même langage en renseignant s’être assis tranquillement dans le salon de l’appartement en regardant la télé. Par contre, Mor Fall a dit que le groupe avait cotisé pour louer l’appartement au prix de 25. 000Fcfa pour y passer la fête de la Korité.

Il ressort des débats d’audience que plusieurs préservatifs utilisés ont été trouvés dans l’appartement après une fouille des enquêteurs.

Interpellé par le maitre des poursuites sur son orientation sexuelle, Ibrahima Baldé a laissé croire à un mauvais sort qui lui aurait été jeté.

« Le vieux qui m’a circoncis me forçait tous les nuits à faire l’amour avec lui, ça a empiré avec la co-épouse de ma mère qui me faisait faire des taches réservées aux filles. Elle m’a dit que je n’aurai jamais la paix tant que je vivrai », a-t-il répondu en attestant avoir perdu ses parents. « Il  n’y a que mes sœurs qui sont là, l’une est étudiante et l’autre fait le linge pour gagner sa vie », a-t-il conclu.

Dans sa plaidoirie, le procureur général a relevé la culpabilité des prévenus Ibrahima Baldé, Serigne Fallou Sow et Fatou Kiné Guèye. Il a requis respectivement 5 ans d’emprisonnement pour le cerveau de la bande et 2 ans dont 6 mois ferme pour les deux (2) autres.

L’avocat de Serigne Fallou Sow a joué la carte du gain facile, de la naïveté qui, selon lui, a emporté son client.
« L’affaire Porta Potty est une preuve de ces dérives que l’on note au quotidien dans notre société. Serigne Fallou Sow n’est qu’une victime qui est tombé dans le piège de Ibrahima Baldé. Le seul responsable ici c’est ce dernier qui reconnaît être un homosexuel. Mon client a cédé aux propositions de Ibrahima Baldé pour de l’argent, tendez-lui la perche M. le président ! Si vous l’envoyez en prison, il pourrait devenir homosexuel. Je condamne sa faiblesse et son acte, mais on peut lui donner une peine d’avertissement car tout le monde sait désormais qu’il s’est adonné à l’homosexualité et c’est une sentence », a plaidé le conseil.
Les autres avocats de la défense ont tenté, de leur côté, de tirer d’affaire Ibrahima Baldé et Fatou Kiné Guèye, en vain.

Dans son verdict, la Cour a reconnu les nommés Ibrahima Baldé, Serigne Fallou Sow et Fatou Kiné Guèye coupables des faits qui leur sont reprochés. Elle a condamné le cerveau de la bande à 5 ans d’emprisonnement ferme et à 6 mois dont 2 mois ferme pour les deux (2) derniers cités. Le reste du groupe a recouvré la liberté…

Source : Dakaractu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.