0 3 minutes 5 mois

Dans sa chronique sur le dépôt des parrainages et les listes des différentes coalitions en vue des Législatives 2022, Pape Alé Niang revient, en particulier, sur ce qui fait actuellement débat : le risque de forclusion de la liste de Yewwi Askanwi à Dakar. Et c’est pour indexer le leader de Taxawu Senegal et ancien maire de la capitale, Khalifa Sall.

« Au début, Pastef devait avoir trois (3) députés, Taxawu aussi, PUR, un député. Avec l’arrivée du PDS, il fallait un député  pour ce parti dans  le département de Dakar. Le Pastef a cédé un député », souligne Pape Alé. Selon le journaliste, « Khalifa Sall voulait donner trois (3) hommes et imposer une femme au PDS qui a refusé ».

Au détour de sa chronique, le journaliste affirme que « Khalifa Sall n’est pas un homme qui tranche au moment opportun ». « Un leader doit avoir de la poigne quand il faut prendre des décisions. Au niveau de la direction générale, au dernier moment, ils ont enlevé Palla Samb pour mettre l’adjointe de Barthélémy Dias. Khalifa n’avait pas le courage d’appeler Palla Samb tout en sachant qu’avec lui, la liste sera invalidée ».

Allant plus loin, Pape Alé Niang n’écarte pas la thèse du complot contre Barth : « Comment Farba Ngom est au courant que le dénommé Salif Sarr est la source du problème ? Qu’est ce qui le lie à cet homme ? Sont- ils en connivence ? S’agit-il d’un coup fourré contre Barthélémy Dias ? La  plupart des membres de Taxawu Ndakaru ne supportent pas Barth ». Et de conclure : « C’est légitime que Barth se demande s’il n y a pas une volonté manifeste de le nuire. Parce que BBY a pris la situation comme du pain bénit » .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.