0 4 minutes 4 mois

Porto clôture la saison avec le championnat en poche et avec la récente conquête de la Coupe nationale, après la victoire contre le faible Tondela par 3-1. Ce qui ne cesse d’étonner, c’est la méthodologie des renforts dans la politique du club : il acquiert des joueurs presque gratuitement, les bonifie et les revend en chiffres millionnaires.

 

La saison en cours en est une parfaite illustration. L’exemple clair : Porto a fourni quatre des six équipes qui joueront les finales continentales des trois tournois européens : Luis Díaz et Diogo Jota (Liverpool) plus Eder Militao et Casemiro (Real Madrid) joueront le match déterminant de la Ligue des champions, cherchant à être le roi du tournoi le plus important du vieux continent.

Mais ce n’est pas tout. Goncalo Paciencia vient d’être sacré avec l’Eintracht Frankfut en Ligue Europa et Sergio Oliveira de la Roma tentera de remporter la Ligue Europa Conférence face au Feyenoord.

Les chiffres des transferts sont énormes : Diaz a été acquis par Porto en échange de 2 millions d’euros de Junior de Colombie et transféré à Liverpool en échange de 40 millions. Une opération similaire à celle de Militao : il est arrivé de San Pablo au Brésil pour à peine 8 millions et a été acquis par le Real Madrid en échange de 50 millions. Entre les deux, le club a touché 80 millions.
Sergio Oliveira était aussi une entreprise, bien qu’à plus petite échelle. Il est allé au Paok Salonique de Grèce pour 7 millions, est revenu en échange de 9 millions et est parti à Rome pour 15 millions, comme Paciencia : Il est arrivé pour 800 mille de Vitoria Setubal et a été acheté par l’Eintracht en échange de 3 millions. Les cas de Diogo Jota et Casemiro sont différents car ils sont passés par le club en prêt avant de briller dans leurs clubs actuels.

Le mécanisme des hauts et des bas a un excédent économique à courte portée. A chaque saison, un top transfert permet au club de recevoir de l’argent frais en quantité. Luis Díaz sur le dernier marché, avant Militao mais les exemples continuent : Ricardo Pereira en 18/19 est arrivé pour 9 millions de Nice et est parti pour 20 millions à Manchester United, André Silva a laissé 20 millions après être arrivé en échange de 2 millions et vendu à Milan en 22 le 17/18 et il y en a d’autres.

Ils ont acheté Jackson Martínez pour 5 millions puis l’ont vendu pour 40 à l’Atlético (16/17), Mangala a coûté 5 et est allé à City pour 28, James Rodríguez a coûté 2,5 et en a laissé 23 dans la boîte après être allé à Monaco et La liste est close par deux top cases : Hulk est arrivé libre et le club l’a transféré pour 37 millions au Zenith et Falcao avait un coût de 6,5 millions d’euros de River et était évalué à 25 lorsqu’il a été acquis par les Colchoneros.

Au cours de la dernière décennie, Porto a acheté pour 430 millions et vendu pour 822, obtenant un bénéfice de 392. Sans cesser d’être une équipe compétitive, dominant avec Benfica au niveau local et se battant avec leurs armes au niveau continental. Avec une capacité étonnante à se réinventer sur chaque marché des transferts et une capacité extrême à découvrir des joueurs dans des ligues satellites qui s’adressent ensuite à des joueurs potentiels à travers le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.