» CŒUR BRISÉ  » / Fusillade dans une école élémentaire au Texas : le mari de cette prof tuée est mort de chagrin

Source : Le HuffPost

 » Perdre l’amour de sa vie depuis plus de 30 ans était trop difficile à supporter ”, a expliqué une proche du mari d’une enseignante tuée dans la tuerie de masse d’Uvalde au Texas, décédé deux jours après le drame, d’une crise cardiaque.

ÉTATS-UNIS – Son deuil l’a littéralement tué. Joe Garcia, le mari d’Irma Garcia, une enseignante tuée dans la fusillade survenue mardi 24 mai dans une école d’Uvalde, au Texas, est décédé d’une crise cardiaque jeudi matin après s’être rendu à un mémorial en hommage à sa femme, selon les explications données par son neveu, John Martinez.

Il semble que le couple se soit formé au lycée avant 24 ans de mariage, et John Martinez a d’abord déclaré que Joe Garcia était mort “ de chagrin ”. “ Je crois vraiment que Joe est mort d’un cœur brisé et que perdre l’amour de sa vie depuis plus de 30 ans était trop difficile à supporter ”, a aussi écrit Debra Austin, qui a dit être la cousine d’Irma Garcia, sur une page GoFundMe lancée en soutien pour la famille.

En réaction à cette information, des lecteurs du HuffPost se sont demandé, en commentaire sous notre post Facebook -très commenté- si on pouvait vraiment “ mourir de chagrin ”. Certains s’échangeant la page Wikipédia du “ syndrome de tako-tsubo ”, également appelé “ syndrome des cœurs brisés ”, qui caractérise “ une sidération myocardique survenant après un stress émotionnel ”.

Des causes médicales identifiées

Il s’avère que oui, on peut mourir dans de telles circonstances, après un choc émotionnel dévastateur. Le chagrin a par exemple été la raison invoquée lorsque, quelques heures après le décès de l’actrice de  » Star Wars « , Carrie Fisher, d’une crise cardiaque en 2016, sa mère, l’actrice Debbie Reynolds, a aussi été victime d’un AVC fatal. Le stress de la mort de sa fille ” était trop fort ”, avait expliqué le fils de Debbie Reynolds, Todd Fisher.

Bien qu’il soit impossible de dire avec certitude si la détresse aiguë est la seule cause de ces deux tragiques décès, il est médicalement possible que des événements stressants de la vie déclenchent des issues fatales pour la santé.

“ Le deuil est une expérience très intime ”, expliquait à l’édition américaine du HuffPost, en 2016, le Dr Jose Biller, professeur et président du centre de traitement des accidents vasculaires cérébraux de l’université Loyola de Chicago et porte-parole des associations américaines des accidents vasculaires cérébraux et du cœur.

Le deuil suite au décès d’une personne très proche est associé à une augmentation immédiate du risque d’affections cardiovasculaires, indiquait le Dr Biller. En effet, d’importantes recherches ont été menées sur ce que l’on appelle  » l’effet veuvage « , selon lequel le décès d’un conjoint augmente les risques de décès du partenaire vivant.

Prenez, par exemple, une étude de 2014 publiée dans la revue médicale JAMA Internal Medicine, qui a comparé des adultes âgés de 60 à 89 ans au Royaume-Uni ayant connu le décès de leur partenaire, avec d’autres n’ayant pas connu ce drame, entre 2005 et 2012.

Les chercheurs ont constaté que dans le mois suivant le décès de leur partenaire, les hommes et les femmes endeuillés couraient un risque accru d’accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque par rapport à leurs pairs qui n’avaient pas perdu leur partenaire. Ce risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral est ensuite retombé après 30 jours.

Syndrome Tako-Tsubo
Il existe également un phénomène connu sous le nom de syndrome du “ cœur brisé ”, ou cardiomyopathie tako-tsubo, qui imite les symptômes d’une crise cardiaque et se caractérise par des douleurs thoraciques et un essoufflement à la suite d’un stress émotionnel ou physique important. Ce phénomène se produit malgré l’absence de signes d’obstruction des artères coronaires, selon le Harvard Women’s Health Watch.

“ Le syndrome du cœur brisé ” est toutefois rarement mortel, selon la même source, et la plupart des personnes qui en font l’expérience se rétablissent rapidement, sans que l’hypotension, les douleurs thoraciques ou l’essoufflement qui en résultent ne causent de dommages à long terme.

Et bien que les événements négatifs de la vie soient beaucoup plus susceptibles de déclencher une cardiomyopathie tako-tsubo que les événements positifs, il s’avère que le stress positif (comme une fête d’anniversaire surprise, par exemple) peut déclencher des problèmes cardiaques similaires, selon une étude publiée en mars 2016 dans l’European Heart Journal.

Les syndromes du cœur brisé et du cœur heureux surviennent en revanche presque exclusivement chez les femmes et, bien que les chercheurs n’en connaissent pas la raison avec certitude, ils pensent qu’il pourrait y avoir un lien entre la baisse du taux d’œstrogènes chez les femmes ménopausées et la cardiomyopathie tako-tsubo.

 » Pas que de la chair « 

 

Bien que les décès dus au syndrome du cœur brisé soient exceptionnellement rares, les lésions cardiaques dues au deuil peuvent causer des dommages à long terme, surtout si vous présentez déjà un risque d’événements cardiovasculaires. Selon une étude publiée dans la revue de la American Heart Association en 2012, le risque de crise cardiaque a augmenté de 21% dans les 24 heures suivant le décès d’un être cher, et est resté six fois supérieur à la normale pendant la semaine suivante.

Pour le Dr Biller, l’une des principales leçons à tirer de la mort de Debbie Reynolds est la démonstration que le cerveau et le cœur sont tous deux altérés par le deuil. “ Il n’y a aucun doute sur cette connexion délicate et multidimensionnelle entre le cerveau et le cœur ”, expliquait-il en 2016, notant que des recherches supplémentaires restaient à être menées sur cette connexion.

“ Après tout, nous ne sommes pas que de la chair ”, a-t-il ajouté. “ Les émotions. La maladie mentale. La vie spirituelle. Nous sommes des organismes très complexes. ”

Cet article est une traduction, réalisée par Le HuffPost, d’un article initialement publié sur l’édition américaine du HuffPost. Une première version de l’article américain avait été publiée en 2016 après le décès de l’actrice Debbie Reynolds. Il a été mis à jour en mai 2022 suite aux événements survenus au Texas. C’est cette dernière version que nous avons traduite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.