0 4 minutes 4 mois

Les dirigeants ouest-africains réunis à Accra se sont séparés samedi sans s’entendre sur les sanctions à l’encontre des régimes putschistes du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée et se retrouveront le 3 juillet dans la capitale ghanéenne.

Les décisions de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)  » sont reportées à un sommet ici à Accra le 3 juillet « , a dit un responsable de la présidence ghanéenne sous le couvert de l’anonymat. Un partcipant a sommet a expliqué, également sous le couvert de l’anonymat, que les chefs d’Etat n’avaient pas réussi à s’entendre,  » surtout sur le Mali « .

Les dirigeants des Etats membres de la CEDEAO se retrouvaient pour décider d’atténuer ou de durcir les sanctions contre ces pays où les juntes n’entendent pas lâcher de sitôt le pouvoir pris par la force.

 » Ce sommet réexaminera et évaluera la situation au Mali, en Guinée et au Burkina Faso à la lumière des récents évènements dans la région et du contexte global qui affecte nos pays « , avait dit le président ghanéen Nana Akufo-Addo à l’ouverture de la session en présence des chefs d’Etat de la plupart des 15 pays membres, sauf ceux des trois (3) pays concernés.

Les travaux ont ensuite continué à huis clos. Il s’agissait en particulier de dire si les sévères mesures de rétorsion infligées au Mali le 9 janvier pour stopper le projet des militaires de gouverner cinq (5) années de plus étaient maintenues, allégées, voire levées.

Le Burkina, autre pays sahélien pris dans la tourmente jihadiste, et la Guinée ne sont pour l’heure que suspendus des organes de la CEDEAO. Mais les juntes en place entendent y rester trois ans.

L’Afrique de l’Ouest a vu se succéder les coups de force des colonels et lieutenants-colonels en moins de deux ans : putsch le 18 août 2020 à Bamako, nouveau fait accompli parachevant le premier le 24 mai 2021, putsch le 5 septembre 2021 à Conakry, putsch le 24 janvier 2022 à Ouagadougou.

Depuis 2020, la CEDEAO, alarmée du risque de contagion dans une région vulnérable, multiplie les sommets, les médiations et les pressions pour accélérer le retour des civils à la direction de ces pays.

Elle se heurte aux résistances des nouveaux hommes forts, qu’il s’agisse du colonel Assimi Goïta au Mali, du colonel Mamady Doumbouya en Guinée ou du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui se sont tous fait investir présidents entre-temps.

Les nouveaux gouvernants en uniforme invoquent la gravité des crises auxquels ils sont confrontés, sécuritaire au Mali et au Burkina, sociale et politique dans les trois pays. Ils veulent avoir le temps nécessaire à ce qu’ils présentent comme leur entreprise de  » refondation « , et à l’organisation d’élections crédibles.

Au Mali, la junte s’est dédite de son engagement initial à céder la place au bout de 18 mois après des élections promises en février 2022. Quand elle est allée jusqu’à envisager cinq (5) années supplémentaires, la CEDEAO a sévi le 9 janvier, fermant les frontières et suspendant les échanges commerciaux et financiers hors produits de première nécessité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.