A la Une

MAQUISARD DANS LA CAPITALE / Ousmane K. Diatta : Portrait d’un « dangereux combattant du maquis »

Exhibé -le temps d’un point de presse- comme le trophée d’une chasse (à l’homme) menée « avec promptitude, savoir-faire, engagement et professionnalisme », Ousmane Kabilline Diatta est dépeint par le procureur de la République, comme un « dangereux combattant du maquis ».

Dévoilant le profil psychologique et le parcours de ce bras armé de César Atoute Badiate, le chef du parquet de Dakar souligne que ce dernier « apparaît incontestablement comme un combattant aguerri qui a fait ses preuves aussi bien durant les combats dans le maquis que dans les tâches opérationnelles d’encadrement et de mobilisation des membres de l’aile civile du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (MFDC), tâches qui lui étaient souvent dévolues ».

En effet, confie le procureur de la République qui cite des renseignements, « enrôlé très tôt dans les rangs du MFDC, Ousmane Kabiline Diatta a gravi tous les échelons pour devenir un haut responsable respecté et écouté par toutes les factions du mouvement ». À en croire le procureur Amady Diouf, Diatta était impliqué dans toutes les attaques et les actions de harcèlement menées ces dernières années contre les militaires de l’armée nationale et les populations civiles.

Ayant quitté très tôt l’école après son CFEE (Certificat de Fin d’Études élémentaires) obtenu à Ziguinchor, il  intègre le maquis en rejoignant la base de Diakoumougne où, signale le maître des poursuites, « il a fourbi ses armes et reçu une formation aussi bien solide que complète de combattant ». D’ailleurs lors de son audition relatée par le parquet, il a énuméré les différentes écoles de guerre rebelle qu’il a tour à tour fréquentées.

« Il a déclaré avoir été muté dans différentes bases, notamment à l’Etat-major de Berkamandioka, au campement de Mandina, à la base de Kassolole où, outre le rôle de combattant, il a servi comme agent de liaison entre César Atoute Badiate et le commandant de la base de Diakaye », raconte le parquetier en chef. Des « pérégrinations » qui l’auraient conduit plus tard à la base de Kourek où il est resté « quinze ans avec des figures marquantes de la rébellion telles que Daouda Camara alias Guillaume Soro, Papis Assine et Djibe Diatta, homme fort du Fogny ; et il précisait qu’il a commandé personnellement le détachement qui a récupéré et lancé l’assaut contre la base de l’état-major de Barkamandika qu’il avait attaqué à revers, selon ses propres déclarations ».

Le procureur d’ajouter que le mis en cause a déclaré « travailler avec acharnement à la réunification du mouvement et c’est dans cette perspective qu’il a cherché à installer une base à Vélingara où il avait l’ambition de réunir toutes les factions du MFDC, mais les opérations de reconnaissance de terrain dont il a dû procéder n’ont pas été concluantes ».

Des faits d’armes qui témoigneraient du caractère particulièrement dangereux de l’homme qui aurait été arrêté alors qu’il s’apprêtait, d’après le procureur de la République, avec d’autres acolytes, à profiter de la manifestation de Yewwi Askan wi du mercredi 8 juin dernier pour déstabiliser le pays. Arrêté et déféré au parquet, un mandat de dépôt a été requis contre Ousmane Kabilline Diatta. Les autres membres du groupe, qui ont réussi à passer entre les mailles du filet, sont activement recherchés, a confié le procureur qui n’entend laisser aucune parcelle de liberté à tous ceux qui sont mêlés à la présence à Dakar de ces maquisards.

Source : Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.