A la Une

RÉSIDENCE SURVEILLÉE / Son domicile encerclé par la police, Ousmane Sonko se voit interdit le droit de se rendre à la Prière du Jummah (vidéo)

Après l'encerclement de son domicile ce matin, Ousmane Sonko s'est vu refuser le droit d'aller à la mosquée pour la prière du vendredi.

Au moment de se rendre à la mosquée pour la prière du vendredi (ou Jummah, drapé d’un grand boubou blanc, Ousmane Sonko, en compagnie de son protocole et de sa garde rapprochée, s’est heurté à des gendarmes en cagoule, certainement des membres du corps d’élite du Groupement d’Intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), lesquels ont argué une « instruction émanant de la hiérarchie ».
Pour Ousmane Sonko, il s’agit « d’une entrave à la liberté de circulation, en plus de celle liée à celle de la manifestation ». Poursuivant, le leader de YAW (coalition de l’opposition) a rappelé que « ces libertés étaient consacrées par la Constitution ».
« Je n’en veux pas aux gendarmes, parce qu’ils sont des victimes comme moi. Le seul responsable, c’est le pouvoir en place », a lancé le leader de PASTEF qui prend à témoin « l’opinion nationale et internationale ».

 

Pour rappel, ce vendredi, la grande coalition de l’opposition sénégalaise avait appelé à manifester contre l’invalidation de leurs listes électorales pour les prochaines législatives de juillet 2022. Après l’immense succès de premier rassemblement de l’opposition le vendredi dernier, le pouvoir en place a décidé d’interdire la manifestation de ce soir. Ce qui a provoqué, quasiment dans tout Dakar, la capitale, et dans le sud du pays, Ziguinchor, Bignona…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.