Jean-Marie François Biagui : Le MFDC n’est pas impliqué dans le ‘mortal kombat’ de Sonko

Le Procureur de la République a confirmé, devant la presse, l’arrestation d’un membre du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (MFDC) répondant au nom de Ousmane Kibiline Diatta, a fait réagir. Après les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw), c’est au tour de Jean Marie François Biagui, ancien secrétaire général du MFDC, à travers un communiqué de presse, d'apporter des précisions sur les allégations du maître des poursuites. Nous vous proposons, ci-dessous, ledit communiqué in extenso.

Dans un souci d’informer juste et vrai, voici ma déclaration in extenso, publiée bien avant la conférence de presse du procureur de la République :

COMMUNIQUE

Ainsi, donc, d’aucuns voudraient-ils que le MFDC eût attendu 40 ans pour voir naître en politique son sauveur, Ousmane Sonko, et pour ensuite être enrôlé par celui-ci dans son « mortal kombat. L’on ne saurait trouver meilleure insulte à l’intelligence et contre la communauté des combattants de la Liberté dont nous sommes.

Si l’efficacité légendaire des Services de Renseignement du Sénégal (de la Police, de la Gendarmerie et de l’Armée confondues) est encore une réalité de nos jours ;

Sauf à céder à la tentation facile et légère de salir à tout prix l’ennemi, en l’occurrence le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) ;

Lesdits Services savent, nécessairement, que le MFDC en tant que tel, objectivement, n’est mêlé, ni de près ni de loin, aux mouvements d’humeur récents d’une partie de l’opposition sénégalaise.

Et si, de surcroît, comme nous le pensons, ces Services sont encore opérationnels en Casamance ; qui plus est, toujours en veille, et toujours alertes en Casamance ;

Ils doivent bien se douter que suggérer simplement une supposée implication de quelque partie ou faction du MFDC à la manifestation, le 8 juin 2022 à Dakar, de ladite opposition, suffirait à semer le trouble et des suspicions au sein d’un mouvement enfin réunifié autour d’un commandement réunifié.

Était-ce l’objectif visé avec cette n-ième campagne pathétique de diabolisation du MFDC ?

Heureusement – quoi qu’il en soit ! – pour le MFDC, et pour nous autres qui œuvrons sans relâche, quotidiennement, à la promotion du processus de paix en Casamance, en vue d’une solution définitive au Problème éminemment politique et institutionnel de la Casamance ; heureusement, donc, pour le MFDC et pour autres, que les chefs de guerre Salif Sadio, César Atoute Badiate, Ibrahima Compasse Diatta et Paul Aloukassine Bassène sont devenus plus que jamais matures et responsables. De sorte qu’ils entendent rester sereins face aux bruits et autres rumeurs de Dakar.

Dans le scandale des « passeports diplomatiques », les personnes inculpées, pour autant qu’elles soient des députés de la majorité présidentielle, le sont intuitu personae.

De même, le député de la majorité présidentielle pris la main dans un sac de faux billets, inculpé, puis jeté en prison, avant de recouvrer une liberté provisoire ou conditionnelle, doit-il son sort à sa qualité d’individu véreux, la sienne propre ; ni plus, ni moins.

Eh bien ! si un ou plusieurs individus ayant pris part à la fameuse manifestation de l’opposition étaient convaincus d’appartenance au MFDC, il va sans dire qu’une telle initiative de leur part n’engagerait qu’eux, et eux seuls.

Alors, nous faisant ici le porte-parole du MFDC, nous voulons réaffirmer, en toute responsabilité, et avec gravité, que le MFDC n’a pris part, ni de près ni de loin, à la manifestation organisée le 8 juin 2022 à Dakar par une partie de l’opposition sénégalaise. Pas plus, d’ailleurs, qu’il ne s’était impliqué formellement dans le « mortal kombat » de Ousmane Sonko en mars 2021.

Dakar, le 15 juin 2022.

Jean-Marie François BIAGUI

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

Ancien Secrétaire Général du MFDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.