EMBARGO LEVÉ / La CEDEAO allège les sanctions contre le Mali

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, réunis ce dimanche 3 juillet 2002 à Accra au Ghana, ont décidé d’alléger les sanctions infligées au Mali. Des décisions à effet immédiat.

Prenant en compte les progrès réalisés par le Mali, ces dernières semaines, les chefs d’État de la CEDEAO se sont accordés sur une levée partielle des sanctions infligées à Bamako. Les mesures concernant la fermeture des frontières, le gel des avoirs maliens et la suspension des échanges commerciaux et financiers sont levées. De même, les ambassadeurs accrédités à Bamako et qui avaient été rappelés vont reprendre leur poste.

Seules les sanctions financières ciblant la junte malienne au pouvoir sont maintenues. De même que la suspension du Mali des instances de la CEDEAO reste en vigueur. Il faut noter que le Mali a posé des actes rassurants ces derniers temps, notamment la promesse de la tenue d’un scrutin pour l’élection du président de la République, le 4 février 2024, un référendum constitutionnel, le 19 mars 2023 et des élections législatives, le 29 octobre 2023.

Les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, réunis ce dimanche 3 juillet 2002 à Accra

Par ailleurs, le Burkina Faso s’en sort plutôt bien, puisque les menaces de sanctions qui pesaient sur ce pays ont été levées. La 61ème session a été en outre l’opportunité pour la CEDEAO de se doter d’un nouveau président, en la personne du Bissau-Guinéen, Umaro Sissoko Emballo.

 

Source : afrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.