CRISE POST-PANDÉMIE / Royaume-Uni : Boris Johnson quitte la présidence du parti conservateur, son successeur annoncé la semaine prochaine

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé sa démission du parti conservateur. Trois ans après son accession à Downing Street, Boris Johnson, 58 ans, a été poussé vers la sortie après des démissions en cascade au sein de son gouvernement et une succession de scandales.

Ce qu’il faut retenir. 

– Le Premier ministre britannique Boris Johnson, usé par les scandales (particulièrement les « lockdown parties » durant la pandémie de la Covid-19) et affaibli par une série de démissions sans précédent, démissionne du poste de chef du parti conservateur, ouvrant la voie à son remplacement à la tête du gouvernement.

– Le calendrier pour l’élection d’un nouveau leader conservateur sera précisé la semaine prochaine. Le futur dirigeant des Tories sera le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni.

– Depuis mardi, une soixantaines de membres du gouvernement sont partis, dont cinq ministres. Un exode d’une rapidité sans précédent dans l’histoire politique britannique.

– Boris Johnson veut assurer l’intérim jusqu’en octobre. Une proposition vivement critiquée par l’opposition et certains membres du parti Tory.

 

 Après la démission de Johnson, Biden dit vouloir poursuivre l’« étroite coopération » avec Londres

Le président américain Joe Biden a déclaré que son pays poursuivrait son « étroite coopération » avec le Royaume-Uni, notamment sur l’Ukraine, dans un communiqué diffusé après la démission du Premier ministre britannique Boris Johnson qui ne fait toutefois aucune mention de ce dernier.

« Le Royaume-Uni et les États-Unis sont les amis et les alliés les plus proches, et la relation spéciale entre nos peuples reste solide et durable », a affirmé le président américain. « J’ai hâte de poursuivre notre étroite coopération avec le gouvernement du Royaume-Uni, ainsi qu’avec nos alliés et partenaires dans le monde entier, sur une série de priorités de premier ordre ».
« Cela inclut le maintien d’une approche forte et unie pour soutenir le peuple ukrainien au moment où il se défend contre la guerre brutale de Poutine contre sa démocratie, et de tenir la Russie responsable de ses actes », a-t-il poursuivi.

Le texte ne fait pas référence à Boris Johnson, le Premier ministre.

Johnson critiqué pour son idée d’assurer l’intérim au parti conservateur. 

Juste après l’annonce de son départ de la présidence du parti conservateur, Boris Johnson a déclaré qu’il reste aux commandes pour assurer l’intérim. Cette idée a été immédiatement décriée par l’opposition et certains poids lourds conservateurs. Ils dénoncent notamment la durée de cet intérim qui pourrait durer jusqu’en octobre.

Le programme économique au cœur des enjeux de la prochaine majorité britannique.

Entre l’inflation à des niveaux records, les aides au coût de la vie, les risques de récession ou encore les conséquence à n’en plus finir du Brexit, le successeur de Boris Johnson à la tête des Tories va hériter de dossiers économiques épineux.

Source : TV5

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.