0 3 minutes 3 mois

Les incidents de la finale de la Ligue des champions le 28 mai au Stade de France ne sont pas liés à la présence des supporteurs de Liverpool « autour du stade », a indiqué mercredi Laurent Lafon, président de la commission culture du Sénat. L’analyse faite par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui avait fait porter la responsabilité du fiasco sécuritaire sur la présence massive de faux billets et de supporteurs anglais, « n’était pas la bonne (…) C’était une analyse partielle et imprécise », a-t-il ajouté lors de la présentation du rapport sénatorial. « Les premières déclarations ne correspondaient pas à la vérité », a également dénoncé François-Noël Buffet (LR) le président de la commission des Lois.

 
Conclusions du rapport
Ce rapport préconise une quinzaine de mesures dont celle d’« imposer aux opérateurs » de conserver les images de vidéosurveillance « pendant la durée légale d’un mois » ou encore de « rendre obligatoire le recours à des billets infalsifiables ». Pour Laurent Lafon, si « la gestion de la billetterie a été inadaptée », elle « ne peut en aucun cas être considérée comme la cause unique ou comme la cause des incidents ».
 
Un désaveu pour Darmanin
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui avait rapidement incriminé les supporteurs anglais de Liverpool avant de présenter ses excuses pour les dysfonctionnements, avait affirmé lors de son audition devant les sénateurs que près de « 35.000 » supporteurs munis de billets falsifiés ou sans billets s’étaient présentés ce soir-là au Stade de France. « Plusieurs billets ont été dupliqués des centaines de fois », avait-il ajouté.
 
La police pointée du doigt
« Cet échec tient aux décisions prises par la préfecture de police de Paris », a souligné François-Noël Buffet (LR), le président de la commission des Lois lors de ce point presse. « Chacun était dans son couloir sans qu’il y ait une véritable coordination », a également relevé Laurent Lafon. Le sénateur (LR) Michel Savin a lui dénoncé dans un communiqué « l’attitude du ministre de l’Intérieur » lors des auditions qui, selon lui, « n’aura pas permis à notre commission de comprendre parfaitement ce qui s’est passé ».
SOURCE : 7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.