riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

20 ans pour Seynabou Ndiaye : elle a rendu aveugles ses deux belles-filles mineures, à force de maltraitance


Rédigé le Mardi 25 Février 2020 à 23:31 | Lu 104 fois | 0 commentaire(s)


Le verdict de l’affaire de la marâtre qui a rendu aveugles ses deux belles-filles alors qu’elles étaient en vacances chez leur père est tombé, ce mardi. Le président de la Chambre criminelle n’a pas été clément à l’endroit de Seynabou Ndiaye.


L’accusée a écopé de 20 ans de travaux forcés pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la cécité de Nogaye Guèye et Fatou Guèye âgées respectivement de 3 et 5 ans en 2015. Elle doit verser une amende de 250 000 FCFA dans les caisses du Trésor public.

Son mari, Modou Guèye, jugé par contumace, est condamné à 5 ans de prison pour non assistance à des personnes en danger (ses filles). Il devra verser la même amende.

Mieux, le couple reconnu coupable va allouer la rondelette somme de 150 millions de FCFA aux deux victimes.

Dans ce dossier, ce sont les voisins de la mère des filles domiciliée au quartier Darou Salam à Yeumbeul qui avaient déposé une plainte pour maltraitance contre Seynabou Ndiaye. « Ma tante nous battait tous les jours au vu et au su de notre papa. Elle a même une fois frappaé Nogaye Guèye à la tête à l’aide d’un encensoir. Elle l’a cognée contre le mur. Souvent, elle mettait du savon en poudre dans nos yeux et du gasoil sur nos cuirs-chevelus », avait déclaré l’une des victimes, Fatou Guèye aux enquêteurs.


Toutefois, l’inculpée avait nié les faits en déclarant avoir toujours frappé ses belles-filles avec ses mains. « Ce n’est qu’en prison qu’on m’a dit que je mettais du savon dans leurs yeux. Ce qui est faux. En ce qui concerne le gasoil, c’est leur père qui l’achetait car elles avaient des poux », s’est défendue Seynabou Ndiaye lors du procès.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018