riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Affaire Hiba Thiam : les versions alambiquées sur PV de Dame Amar & Cie


Rédigé le Jeudi 23 Avril 2020 à 19:01 | Lu 285 fois | 0 commentaire(s)


Placés sous mandat de dépôt depuis plus de deux semaines, les mis en cause dans l'affaire de la mort d'Hiba Thiam ont fait des confessions incroyables lors de l'enquête préliminaire à la gendarmerie. Libération les a publiées dans sa livraison du jour. Morceaux choisis.


Lamine Diédhiou, policier : « Ce que j’ai fait est illégal, mais… »

Si Lamine Diédhiou avait respecté son serment, peut-être qu’Hiba Thiam serait encore aux côtés de sa famille.
« J’étais à Keur Massar toute la journée du vendredi, jusqu’à 20 heures. J’ai reçu un appel téléphonique d’un certain Diadia que j’avais perdu de vue. Il m’a dit qu’il souhaitait que je l’aide parce qu’il voulait sortir alors qu’il y avait le couvre-feu. Il ne cessait de m’appeler. Je suis ainsi allé le retrouver à Nord-Foire, précisément à « Youm Youm », et je l’ai escorté jusqu’à l’aéroport de Yoff. Diadia était à bord d’un véhicule aux vitres teintées. Nous avons dépassé deux check-points, mais, à chaque fois, après présentation, ils nous laissaient passer. Je ne connais pas Hiba Thiam. Après les avoir escortés, Diadia a insisté pour me remettre 20 000 F Cfa. Il disait que c’était pour le carburant ».

Une carrière qui s’effondre pour quelques miettes
« Ce que j’ai fait est illégal, mais c’était juste dans le but d’aider Diadia, car il me disait qu’il avait mal à la dent », confesse Diédhiou. « La fille décédée et Diadia sont arrivés au Garden sous escorte d’un scooter à bord duquel il y avait un policier qui portait sa tenue et un gilet phosphorescent », confirmait plus tôt l.N, le gardien qui était de service à leur arrivée.

Louty Ba : « J’étais tétanisé… »

Mais que s’est-il exactement passé lors de cette « house party » qui a viré à la tragédie ? Les versions divergent. Toutes s’accordent néanmoins sur un point : c’est Diadia Tall qui a alerté les gendarmes après avoir appelé les secours.

« Je suis sorti de la chambre où je dormais pour tenter de réanimer Hiba, quand les autres ont dit qu’elle avait un malaise. Après plusieurs tentatives, j’ai constaté qu’elle n’avait plus de pouls. J’ai demandé aux autres d’appeler les secours, car j’étais sous le choc. Diadia l’a fait. J’ai consommé de l’alcool, mais pas de la drogue. J’étais tétanisé », racontera Louty Ba, qui a été placé sous contrôle judiciaire.

Dame Amar : « Je suis surpris par les propos de Louty Ba et de DiadiaTall »

« Ma copine Alia m’a dit qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle voulait dormir. J’ai bu quelques verres avant de la rejoindre. Je me suis endormi. J’ai été réveillé par un bruit qui venait de l’intérieur de l’appartement. On est sorti et j’ai demandé ce qui se passait. Personne n’a répondu, sauf Nekh, qui m’a dit que ça n’allait pas bien avec Hiba. Il a rajouté qu’elle ne respirait plus. Je leur ai demandé de régler ça et j’ai quitté les lieux avec ma copine pour aller voir Amadou Niane (N.D.R. : placé sous contrôle judiciaire pour recel de malfaiteurs) », affirmera Dame Amar, qui s’est dit surpris par les propos de Diadia Tall et de Louty Ba selon lesquels il serait entré dans la chambre où était Hiba Thiam au moment où celle-ci était à l'agonie. De même, Dame niera toute consommation de drogue lors de la soirée.
« Je n’ai pas vu de la cocaïne au cours de la soirée », dira-t-il, droit dans ses bottes.

Lorsque les enquêteurs l’interpellent sur les résidus de cocaïne trouvés dans son appartement, il persiste et signe : « Je ne sais pas. Si des traces de coke ont été retrouvées chez moi, ça ne vient pas de moi ».

Une position qu’a confortée Poupette face aux enquêteurs : « Je ne connais pas Dame Amar comme étant un consommateur de drogue », non sans indiquer qu’elle n’aurait jamais vu de cocaïne de sa vie.

« Nekh » : « Il y avait un plateau rempli de cocaïne… »

« Nekh » sera plus précis : « Louty était effectivement entré dans la chambre pour essayer d’aider Hiba qui avait des problèmes pour respirer. Quand j’y suis retourné, il m’a lancé : « Oh Nekh, elle est morte ! ». Et, contrairement aux autres, il fera un aveu de taille aux gendarmes : « Il y avait un plateau rempli de cocaïne et nous nous sommes servis ».

Diadia Tall : « On a écouté de la musique, bu de l’alcool… »

Ce que nie Diadia Tall : « On a écouté de la musique, bu de l’alcool, fumé des cigarettes et discuté entre nous. Je n’ai pas consommé de la drogue et je n’ai pas bravé la loi sur le couvre-feu, car on était escorté par un policier ».

Alia Bakir : « Il y avait de la poudre blanche… »

Alia Bakir fait voler en pièces cette version: « Je suis venue au Sénégal pour voir Dame. J’occupe l’appartement depuis 10 jours. Je n’ai aucun rapport avec la victime, c’est la première fois que je rencontrais tous ceux qui étaient dans l’appartement, à l’exception de Dame. il y avait de la poudre blanche mais je ne sais pas d’où elle venait. Je ne consomme pas de la drogue et je bois rarement ».

Poupette : « On aurait dit qu’Hiba souriait… »

L'instruction pendante devant le juge du huitième cabinet va sans doute permettre de lever les zones d’ombre qui entourent cette rocambolesque affaire.
En attendant, Hiba Thiam est partie avec son éternel sourire, comme le racontera Poupette aux enquêteurs : « Je dormais et c’est Diadia qui m’a informée de la situation. Je suis partie voir Hiba, elle était couchée sur le dos. On aurait dit qu’elle souriait. Je n’ai pas vu de traces de poudre blanche à côté d’elle… ».








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018