riopost
riopost
riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

CHIENLIT / Mali : Les Jihadistes ont tué près de 160 personnes au cours du deuxième trimestre (Minusma)

Source : Seneweb


Rédigé le Mardi 31 Août 2021 à 00:09 | Lu 80 fois | 0 commentaire(s)


La violence monte crescendo au Mali. Ceci est illustré par les chiffres de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma).


Mali-Une patrouille de la Minusma dans un village dogon du centre du Mali, le 4 juillet 2019-afp.com / Marco LONGARI
Mali-Une patrouille de la Minusma dans un village dogon du centre du Mali, le 4 juillet 2019-afp.com / Marco LONGARI
Au cours du deuxième trimestre de l’année 2021, 160 personnes ont perdu la vie. La majeure partie de ces décès est due à des violences perpétrées majoritairement par des djihadistes. Il s’agit notamment de « Jamat’at al islam wal Muslimin, l’Etat Islamique, dans le Grand Sahara et autres groupes similaires ».

En outre, « près de 200 personnes ont été enlevées, alors que 147 ont été blessées ». Une nette augmentation de 25 % par rapport au premier trimestre est donc notée (421). Les cibles victimes de ces enlèvements sont des personnes considérées comme « des informateurs ou des proches de forces maliennes et ou internationales ». Il s’y ajoute les personnes « impliquées dans des différends locaux, notamment les conflits fonciers », les acteurs humanitaires, les représentants de l’Administration et les chefs traditionnels et religieux.

La Minusma a aussi noté une légère baisse dans le nombre de civils tués, blessés et enlevés dans le cadre de violences intercommunautaires impliquant des milices et des groupes d’autodéfense. Ce chiffre est passé de 121, au premier trimestre, à 107 au deuxième trimestre de cette année.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018