riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Coronavirus : plus d’un million de malades dans le monde, 50.000 morts

lefigaro.fr


Rédigé le Vendredi 3 Avril 2020 à 17:08 | Lu 90 fois | 0 commentaire(s)


Le seuil du million de cas confirmés de Covid-19 a été franchi. L’épidémie touche tous les continents et l’on compte plus de 50.000 morts.


C’est un seuil symbolique: la barre du million de cas confirmés de personnes malades du Covid-19 et celle des 50.000 morts ont été dépassées dans la nuit du 2 au 3 avril. A peine quatre mois après le démarrage de l’épidémie dans la ville de Wuhan en Chine.

Ce nombre de cas est évidemment bien inférieur au nombre réel de malades, car il ne s’agit que des personnes diagnostiquées à l’aide de tests, excepté en Chine où sont considérés comme des cas confirmés tous les patients dont les symptômes et les images radiologiques sont clairement évocateurs de Covid-19. Une étude publiée dans la revue Science début mars, montrait que plus de 8 cas sur 10 n’avaient pas été comptabilisés au début de l’épidémie. Plus récemment, le dernier rapport de l’équipe de modélisation de l’Imperial College, à Londres, évoquait le chiffre de 3% de la population française qui aurait déjà été contaminée par ce nouveau coronavirus. Ce qui ne représente pas moins de 2 millions de personnes pour un seul pays!

L’Organisation mondiale de la santé a attendu le 11 mars dernier pour déclarer que le seuil pandémique était atteint. Tous les continents sont désormais concernés. Et à l’exception de certains pays d’Asie du Sud-Est, comme la Corée du Sud ou Singapour, qui ont su très rapidement déployer une stratégie de testing massif couplée à l’isolement des cas positif, aucun pays ne semble véritablement préparé pour encaisser le choc.

Premier pays en nombre de malades avec plus de 220.000 cas avérés, les États-Unis se préparent à vivre des jours particulièrement difficiles et à atteindre un niveau de morts très élevé. Le président Trump évoquait le chiffre de 200.000 morts, tout en précisant qu’il pourrait s’estimer heureux s’il s’en tenait là.

À lire aussi : Météo: comment l’épidémie de coronavirus altère la fiabilité des prévisions
En Europe, l’épidémie a démarré en février en Italie. Le pays est, encore aujourd’hui, le plus mortellement touché avec près de 14.000 victimes. Le nombre de nouvelles contaminations par jour est cependant en diminution depuis le 28 mars, laissant espérer que le pic épidémique est passé.

L’Espagne n’est pas loin derrière avec plus de 10.000 morts recensés et plus de 110.000 cas confirmés. En France, le pic de l’épidémie est espéré dans les prochains jours. Le 2 avril, le bilan s’élévait à plus de 4500 morts, pour plus de 26.000 personnes hospitalisées, et près de 60.000 malades dépistés. Pour la première fois, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a dévoilé le nombre de décès liés au coronavirus dans les Ehpad: il monte à «au moins 884 décès» selon des chiffres « très partiels », et plus de 14.600 cas « confirmés ou possibles ».

La plupart des pays européens semblent suivre la même trajectoire épidémique avec des décalages de quelques jours. L’Allemagne a ainsi dépassé la barre des 1000 décès.

L’Afrique ne semble pas non plus épargnée. Le nombre de malades recensés reste pour le moment relativement faible sur l’ensemble du continent, mais croît également de manière exponentielle.

La plupart des pays ont mis en place des mesures de confinement, limitant ainsi la propagation du virus. Des mesures qui permettent de gagner du temps, et qui dans les pays qui bénéficient de système de soins développés, limite le choc du pic épidémique. Mais ces mesures ne permettent pas de se prémunir d’un effet rebond et d’un retour de l’épidémie une fois le premier pic passé. La Chine vient de replacer en quarantaine plusieurs villes moyennes après y avoir détecté de nouveaux cas de Covid-19. Le pays semblait pourtant avoir pris la mesure de l’épidémie, il y a plus d’un mois, en limitant son nombre d’infections à peine au-dessus des 80.000 cas et son nombre de mort autour des 3000. Le pays est, depuis, accusé par plusieurs administrations (dont les États-Unis) d’avoir menti sur ses chiffres et caché l’ampleur de la maladie.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018