riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Gambie : Adama Barrow libère ses prisonniers politiques


Rédigé le Mercredi 26 Février 2020 à 23:24 | Lu 81 fois | 0 commentaire(s)


Après un mois derrière les barreaux, les neuf leaders du collectif anti-présidentiel ont recouvré, lundi, leur liberté. Une liberté provisoire chèrement acquise après quatre audiences devant la Haute cour de Justice de Gambie.


Manifestation à Banjul, le 16 décelbre 2019, pour demander le départ du président Barrow, élu fin 2016 pour cinq ans. ROMAIN CHANSON / AFP
Manifestation à Banjul, le 16 décelbre 2019, pour demander le départ du président Barrow, élu fin 2016 pour cinq ans. ROMAIN CHANSON / AFP
Avant de humer la liberté, chaque membre a dû s’acquitter d’une caution fixée à 250.000 dalasi, environ 3 millions de F Cfa. En outre, les poursuites d’émeutes et destruction de biens publics passibles d’une peine d’emprisonnement à vie, ont été abandonnées.

Les avocats de l’État ont alors demandé au président de la Cour de leur accorder 30 jours pour étoffer leur dossier. Leur procès reprend le 25 mars prochain.

Pour rappel, ils étaient une centaine à être arrêtés, le 26 janvier dernier, à l’issue d’émeutes qui avaient agité la capitale gambienne. Cette manifestation était à l’initiative du collectif qui appelle à la démission du président gambien au bout de ses trois (3) ans à la tête de l’État, comme le Président Barrow himself s’y était engagé en devenant le candidat unique de l’opposition fin 2016. Désormais lors que le chef de l’Etat gambien entend diriger le pays jusqu’à 2021.. Le même jour, un communiqué du gouvernement avait annoncé l’interdiction « avec effet immédiat » dudit collectif.









Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018