riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LA MAIN DES " YALLA YALLA* " / " Refus d’enterrer une griotte " : Ce qui s’est (réellement) passé à Pout-Dagne !

Avec Seneweb


Rédigé le Mercredi 29 Décembre 2021 à 22:21 | Lu 74 fois | 0 commentaire(s)


L’affaire défraie la chronique depuis quelques jours. Les griots de Pout-Dagne, un hameau dans le village de Pout Diack, dans la commune de Notto Diobass, qui voulaient enterrer un des leurs, ont buté sur le refus d’une partie de la population.


Une affaire qui continue de susciter des réactions d’indignation au sein de l’opinion et surtout de la société civile. Certains indexent directement le chef de village qui aurait cautionné le refus d’enterrer le défunt dans le village.

Mais, les sources du quotidien « Bés Bi Le Jour » sont formelles. Il n’est jamais question, pour le chef de village, d’imposer quoi que ce soit. En réalité, Pout-Dagne n’est pas un village à part entière. Il est le quartier où habitent les griots du village de Pout Diack.

Selon les informations glanées par le quotidien, la cohabitation entre la communauté des griots et les autres, notamment les sérères, ne souffrait d’aucun problème avant que cette affaire ne surgisse.

En effet, la caste des griots a toujours inhumé ses morts dans son propre cimetière (moins de 2 kilomètres des habitations et non 7 comme le disent certaines informations) sans tambour ni trompette.




Ndiambé Borom Darou, le marabout auxquels se réfèrent les Yalla-Yalla
Ndiambé Borom Darou, le marabout auxquels se réfèrent les Yalla-Yalla
D’ailleurs, ce n’est pas le propre de Pout Diack. Dans la plupart des villages de la commune de Notto Diobass, il en est ainsi pour ne pas dire dans tous les villages.

C’est quoi donc le problème ? Les réponses fusent de partout !

Les enquêtes menées par le font état d’une minorité de secte dénommée "Yalla-Yalla" qui veut installer la discorde entre griots et les autres communautés. La secte des "Yalla- Yalla" est même composée en majorité des griots de Pout-Dagne.

Quand ils ont embrassé leur "religion", ils ont d’abord procédé à la destruction des tam-tams qu’ils avaient en les utilisant comme du bois mort bon pour faire du feu, poursuivent nos informations. Pire, ces "Yalla-Yalla" s’attaquent trop souvent aux autres confessions religieuses (catholique et musulmane) pour défendre la "leur".

Une délégation du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique s’est déplacée ce mardi, en compagnie de la BMS, à Pout Diack, pour s’enquérir de la situation. Sur place, elle s’est entretenue avec le chef de village, Moustapha Faye, et les autorités administratives locales.

Pour éviter que ces problèmes ne ressurgissent à l’avenir, des démarches sont en cours pour que les griots obtiennent leur site dans le village comme ils le souhaitent. Mieux, le sous-préfet promet de diligenter cette affaire juste après les élections municipales.

Ce qu’il faut retenir aussi à Pout Diack, c’est que le seul cimetière légal du village est la propriété des griots, d’après une source proche du dossier. Cela depuis 1963. Rappelons que la dame a été finalement portée en terre avant le dimanche à Kissane, son village d’origine.

*Frange controversée du Mouridisme, selon la définition proposée par SenePlus (Voir https://www.seneplus.com/article/d%E2%80%99ou-vient-le-terme-%C2%AByalla-yalla%C2%BB)








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018