riopost
riopost
riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LE BON BOUT ? / Qui est Jeanne Boutbien, la nageuse porte-drapeau du Sénégal aux J.O de Tokyo 2020 ?

Source : African Heroes


Rédigé le Dimanche 25 Juillet 2021 à 22:45 | Lu 81 fois | 0 commentaire(s)


Sénégalaise de naissance, Jeanne Boutbien a dû pourtant attendre l’année 2016 pour obtenir la nationalité du pays de la Téranga après pratiquement trois (3) ans de démarches administratives.


Plusieurs fois championne du Sénégal dans sa catégorie depuis ses débuts dans la nage, Jeanne Boutbien, athlète de 22 ans, n’était pourtant jamais déclarée vainqueur avant d’avoir obtenu la nationalité sénégalaise. Dans le motif du décret qu'elle cite et qui consacre sa sénégalité, sourire aux lèvres, il n'est pourtant point question de sa fibre patriotique attestée par ses nombreuses victoires, mais des « services qu’elle peut rendre à la nation sénégalaise » (sic !).

« Je me suis toujours sentie sénégalaise ! C’est vrai qu’avec l’éducation, mes parents, la culture et tout, je me sens française mais j’ai toujours vécu au Sénégal… Mais je me sens aussi sénégalaise que française. Dans ma famille je suis la première à obtenir la nationalité sénégalaise », affirme-t-elle

Sur ce qui la rend fière aujourd’hui en tant que nageuse, Jeanne déclare « Je suis super fière d’arriver à représenter le Sénégal à ce niveau et maintenant sans complexe. Parce qu’au début ça me faisait un peu peur d’arriver blonde et… (Rires) », avoue-t-elle soulagée de se sentir sénégalaise et d’être sénégalaise.

Qualifiée pour le 100m Nage Libre et nommée porte-drapeau de la délégation sénégalaise aux Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo, avec le judoka Mbagnick Ndiaye.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018