riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

La plus vieille tortue d’Afrique, morte à l’âge de 344 ans au Nigeria

Par toumaiwebmedias


Rédigé le Lundi 7 Octobre 2019 à 17:18 | Lu 20 fois | 0 commentaire(s)


La tortue âgée de 344 ans, connue sous le nom d’Alagba dans le palais du Soun d’Ogbomoso, au Nigeria est morte. La tortue, qui était la plus âgée d’Afrique, était malade quelques jours avant sa disparition jeudi. Elle était devenue une race populaire lors de l’ascension du trône de l’actuel Soun d’Ogbomosoland, oba Oladunni Oyewumi, le monarque offrant un bon abri et un soutien sanitaire à la tortue pendant son séjour sur terre.


La plus vieille tortue d’Afrique, morte à l’âge de 344 ans au Nigeria
Toyin Ajamu, secrétaire particulier d’Oba Oyewumi, a confirmé que la tortue, qui attirait des personnes de tous les horizons du Nigeria et de l’étranger, manquera beaucoup à la famille du palais et à tous ceux qui sont venus au Nigeria pour être en contact avec Alagba au cours de sa vie. “Alagba avait vécu dans le palais pendant des siècles. La tortue a déjà accueilli de nombreux monarques à Ogbomoso. Alagba est devenue populaire parce qu’Oba Oladunni Oyewumi, Soun de ogbomosoland, a utilisé ses ressources personnelles pour assurer son bien-être “, a-t-il déclaré.“La tortue avait deux membres du personnel du palais qui lui étaient dédiés. Ils fournissent de la nourriture, un soutien sanitaire et toute autre appui logistique afin de s’assurer qu’elle reçoive le meilleur traitement. Kabiyesi a souvent partagé de grands moments avec Alagba. Tous les jours, Alagba accueillait des touristes de différentes régions du monde. La famille du palais, la communauté Ogbomoso et les acteurs du secteur du tourisme pleurent le décès d’Alagba”, a t-on ajouté.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018