riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les tribulations de Bernard-Henri Lévy en Libye

Courrier international


Rédigé le Mercredi 29 Juillet 2020 à 20:42 | Lu 84 fois | 0 commentaire(s)


Le 25 juillet, l’écrivain et philosophe français Bernard-Henri Lévy est arrivé en Libye pour enquêter sur des charniers. Une visite très controversée qui a suscité un rejet tant au niveau officiel que dans l’opinion publique.


L’écrivain et philosophe français Bernard-Henri Lévy, le 28 février 2020, à Paris. Photo / Christian Hartmann / Pool / AFP
L’écrivain et philosophe français Bernard-Henri Lévy, le 28 février 2020, à Paris. Photo / Christian Hartmann / Pool / AFP
“ Le ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha, a souligné que le gouvernement d’union nationale (GNA) n’avait envoyé d’invitation officielle à aucun journaliste. Selon lui, ‘certaines parties pêchent dans les eaux troubles pour servir des programmes politiques propres à leur agenda’ ”, relate le site d’information Libya Observer.

Ces commentaires ont été publiés sur le compte Twitter du ministre en réponse à la campagne médiatique qui a suivi l’arrivée de Bernard-Henri Lévy (BHL), le 25 juillet, par avion privé à Misrata, à 200 kilomètres à l’est de Tripoli. Une campagne critiquant des personnalités politiques libyennes, dont le ministre de l’Intérieur, pour avoir organisé cette visite. Ainsi, Bashagha a précisé :

" La visite d’un journaliste sans invitation officielle du gouvernement libyen n’a aucune signification politique et ne représente pas le GNA, alors que le public est libre d’exprimer ses opinions sur tout événement. ”

Sur le terrain, BHL a tenté de se rendre rapidement sur les lieux du reportage qu’il souhaitait réaliser, les charniers de Tarhouna, à 160 kilomètres de Misrata, qui seraient l’œuvre des alliés du maréchal Khalifa Haftar, rival du Premier ministre Fayez Al-Sarraj, qui dirige le GNA.

Mais, sur la route, des milices ont bloqué son convoi. Le site TSA – Tout sur l’Algérie - rapporte, vidéo à l’appui, que “ des hommes armés ont barré le passage au cortège de l’écrivain et philosophe français controversé, qui a dû rebrousser chemin ”.
https://twitter.com/i/status/1287070075728662528

Les autorités libyennes ont réagi en annonçant qu’une enquête serait ouverte sur ce déplacement pour préciser qui avait invité BHL à venir en Libye alors que Paris ne cache pas son soutien à Khalifa Haftar.

Dans le même temps, selon Libya Observer, “ l’écrivain français a déclaré avoir obtenu son visa d’entrée en Libye via le journal pour lequel il travaille et non par le ministère de l’Intérieur de Libye ”. Des propos tenus samedi sur la chaîne Libya Alahrar TV, média proche du GNA, et dans lesquels il précise qu’ “ il a obtenu un visa régulier et s’est rendu en Libye sur invitation de Misrata et Tarhouna pour rédiger un rapport sur les villes, les fosses communes et d’autres problèmes dans l’ouest de la Libye pour le Wall Street Journal, basé aux États-Unis ”.

BHL a également affirmé sur Twitter être entré à Tarhouna et qu’ “ il avait été attristé par les témoignages qu’il avait recueillis à Tarhouna, ajoutant que son rapport ‘Fields of Death’ [Les champs de la mort], serait bientôt publié pour montrer ces atrocités ”, poursuit le site libyen.

Déclarations contradictoires
Finalement, dans ce contexte, Bernard Henri-Lévy, très impliqué dans la décision française d’intervenir en Libye contre le dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, n’a pas pu rencontrer ou s’entretenir avec des responsables libyens.

Et face aux déclarations contradictoires des autorités libyennes et celles de BHL, Kapitalis demande : “ Bernard Henri-Lévy à nouveau en Libye, pour quoi faire ? ”

Le site d’information tunisien poursuit : “ Refoulé à l’entrée de Tarhouna, Bernard-Henri Lévy était-il en Libye pour un reportage sur les charniers découverts dans cette ville ou en mission de réhabilitation du maréchal Khalifa Haftar au profit de Paris ? ” Des interrogations qui renforcent la suspicion qui entoure cette visite et qui ont poussé Bernard-Henri Lévy à écourter son séjour, qui a tourné au fiasco.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018