riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les vérités de Deschamps sur son style de jeu : “ Contre les Diables, j’étais énervé... ”

7sur7.be


Rédigé le Vendredi 17 Avril 2020 à 19:51 | Lu 115 fois | 0 commentaire(s)


Dans un entretien accordé à L’Equipe où il a évoqué sa tactique et sa vision du football, Didier Deschamps est revenu sur les critiques dont il fait l’objet pour son style de jeu jugé parfois trop défensif. Le match face à la Belgique au Mondial est rapidement arrivé dans la discussion…


Didier Deschamps est-il un entraîneur pragmatique, voire défensif? Le sélectionneur de l’équipe de France " ne cherche pas à comprendre " l’étiquette qui lui colle à la peau depuis son sacre à la Coupe du monde 2018. " Je sais juste qu’elle ne correspond que partiellement à la réalité ", estime-t-il. Le match qui symbolise cette réputation ? Certainement la demi-finale du Mondial contre la Belgique.

“ Je ne télécommande pas les joueurs ”
Même si les Diables ont dominé territorialement la rencontre, c’est la France qui a validé son ticket pour la finale. " On est capables d’avoir la maîtrise. Mais on peut aussi tomber sur une équipe comme la Belgique avec une très grande maîtrise collective, comme l’Espagne. Contre ce genre d’adversaires, il faut être réaliste et lucide. On ne peut pas avoir la possession de balle. Pour l’emporter, il faut savoir bien défendre et bien utiliser le ballon quand on l’a, afin de créer des problèmes dans les espaces que laisse leur possession ", analyse Deschamps.

Mais le sélectionneur des Bleus reconnaît " ne pas avoir du tout " laissé volontairement le ballon aux Diables. " J’étais même un peu énervé de voir mon équipe jouer si bas. Mais les joueurs se sentaient forts ainsi. On a défendu bas, c’est vrai, mais on a très bien défendu. Cela ne servait à rien de s’égosiller sur le bord du terrain. Ce sont les joueurs qui décident sur le terrain, je ne les télécommande pas ", poursuit-il.

“ Les critiques glissent sur moi ”
Didier Deschamps évoque ensuite sa vision du football de possession pure. " La possession stérile ne m’intéresse pas. Si c’est pour se faire des ‘pa-passes’ qui n’amènent rien, je préfère un joueur qui tente une passe verticale qui élimine les lignes… (…) Cela n’empêche pas mes équipes de marquer des buts. En cent matchs avec les Bleus, on ne doit pas être loin d’une moyenne de deux buts par match ", plaide le technicien français.

Même constat sur le Mondial. " 14 buts marqués en phase finale, dont quatre en finale. Et ce ne sont pas les adversaires qui nous les ont donnés. On a marqué sur coups de pied arrêtés, sur des attaques rapides, placées aussi", fait-il remarquer. Et concernant les critiques? "Elles m’atteignent de moins en moins. Elles glissent même sur moi ", conclut Deschamps.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018