riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Marche des libertés : des dizaines de milliers de personnes et des débordements

Source : HuffPost avec AFP


Rédigé le Samedi 28 Novembre 2020 à 22:01 | Lu 78 fois | 0 commentaire(s)


Près de la place de la Bastille à Paris, des heurts ont éclaté entre une minorité de manifestants violents et la police.

AFP


Tensions, feux et jets de projectiles. Des débordements ont éclaté ce samedi 28 novembre, en marge de la manifestation parisienne contre la proposition de loi “ Sécurité globale ” et les violences policières à Paris. Le ministère de l’Intérieur a décompté 46.000 manifestants à la capitale. En France, il était en tout 133.000 selon les autorités, 500.000 selon les organisateurs.

Des affrontements entre des groupes de manifestants et les forces de l’ordre se poursuivaient en fin de journée sur la place de la Bastille, où plusieurs départs de feu ont eu lieu, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

En début de soirée, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a condamné “ des violences inacceptables contre les forces de l’ordre ” et fait état de 37 membres des forces de l’ordre blessés, 23 dans la capitale et 14 autres en région.

La préfecture de police a de son côté évoqué 46 interpellations à Paris et en région.

Au croisement du boulevard Beaumarchais et de la rue du pasteur Wagner, dans le XIe arrondissement parisien non loin de la place de la Bastille, plusieurs manifestants vêtus de noir ont renversé une camionnette, utilisé des palissades et autres objets dans un chantier pour faire des barricades, jeté des projectiles sur les forces de l’ordre.

Autour de 17h30, un kiosque à journaux, l’entrée d’un bâtiment de la banque de France et une brasserie adjacente ont été incendiés, nécessitant l’intervention des pompiers.

Un journaliste indépendant d’origine syrienne a été également blessé au visage pendant une charge de police tout comme plusieurs manifestants.

Plusieurs manifestants blessés, dont une femme à la tête, ont été pris en charge par d’autres manifestants ou les équipes de street medics.

Certains manifestants se sont munis de pavés, et recevaient des encouragements d’autres personnes chantant le slogan “ tout le monde déteste la police ”.

A l’autre bout de la manifestation, la place de la République restait, elle, noire de monde mais dans une ambiance très calme, avec de la musique.

Selon le ministère de l’Intérieur, 133.000 personnes ont défilé ce samedi partout en France contre le texte de loi “sécurité globale” et sa mesure phare, qui prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l’ordre, mais aussi contre les violences policières et le racisme.

Interpellations et débordements dans les grandes villes de France

Des milliers de personnes ont défilé à Lyon, où des manifestants et un policier ont été blessés par des jets de projectiles lors de débordements. A Strasbourg, 1500 manifestants selon la préfecture et près de 3000 selon les médias locaux et l’AFP ont défilé aux cris de “ tout le monde peut filmer la police ”.

À Rennes, jusqu’à 4000 personnes selon la préfecture, 5000 selon les syndicats, ont défilé contre la proposition de loi de sécurité globale. Des incidents entre manifestants et forces de l’ordre ont éclaté en fin de parcours, place de la République. Des manifestants étaient encore présents en nombre quand les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène, selon une journaliste de l’AFP.

À Bordeaux, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et plusieurs interpellations ont eu lieu selon la police, qui a estimé que des manifestants avaient quitté le parcours déclaré.

Quelque 7500 personnes à Lyon, où des manifestants et trois policiers ont été blessés par des jets de projectiles lors de débordements, a indiqué la préfecture du Rhône. Quatre interpellations ont eu lieu à l’issue de la “ marche des libertés ”, a-t-elle précisé en début de soirée.









Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018