riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Mondiaux Athlétisme : L'Américaine, Dalilah Muhammad, bat le record du monde en finale du 400 m haies


Rédigé le Vendredi 4 Octobre 2019 à 22:42 | Lu 33 fois | 0 commentaire(s)


En finale du 400m haies, l'Américaine Dalilah Muhammad a devancé en 52''16 sa compatriote Sydney McLaughlin, record du monde à la clé.


Mondiaux Athlétisme : L'Américaine, Dalilah Muhammad, bat le record du monde en finale du 400 m haies
Le duel de titans entre Américaines a bien eu lieu. Et c'est Dalilah Muhammad, en 52''16, qui a pris le dessus de peu sur Sydney McLaughlin, deuxième en 52''23. La hurdleuse de 29 ans a battu le record du monde (52''20), qu'elle avait déjà amélioré plus tôt dans la saison. Plus vive sur les franchissements de haies, elle a vu sa benjamine revenir comme une flèche dans la dernière ligne droite, mais s'est accrochée jusqu'au bout pour conquérir le titre mondial.


C'est sa première médaille d'or intercontinentale, après deux médailles d'argent à Moscou en 2013 et Londres en 2017. Au début de l'année, elle avait été éclipsée médiatiquement par l'éclosion fulgurante de McLaughlin, 20 ans, nouvelle coqueluche de l'athlétisme américain. Mais Muhammad, championne olympique à Rio en 2016, a rappelé sa supériorité lors des Trials, les championnats des États-Unis à des Moines, en août, en battant pour la première fois le record du monde, détenu depuis Yuliya Pechenkina depuis 2003.


Derrière la patronne de la discipline, McLaughlin est devenue la deuxième meilleure performeuse de tous les temps et a pris date pour les années à venir en décrochant sa première breloque internationale. La Jamaïcaine Rushell Clayton, 26 ans, a pris la 3e place en 53''74, devançant de peu la Suissesse Lea Sprunger, auteure en 54''06 d'un nouveau record national.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018