riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Niger : Vingt morts dans une bousculade provoquée par une distribution d’aide


Rédigé le Lundi 17 Février 2020 à 21:38 | Lu 35 fois | 0 commentaire(s)


Une distribution de vivres et d’argent organisée lundi 17 février dans le sud-est du Niger a tourné au drame. Une bousculade a tué une vingtaine de personnes et fait plusieurs blessés.


Niger : Vingt morts dans une bousculade provoquée par une distribution d’aide
Une vingtaine de personnes ont été tuées et plusieurs blessées, lundi 17 février, dans une bousculade provoquée par une distribution de vivres et d’argent à des réfugiés et déplacés à Diffa, dans le sud-est du Niger.

Nous avons un bilan provisoire de vingt morts essentiellement des femmes et des enfants tués lors d’une bousculade durant une opération de distribution de vivres et d’argent à la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de Diffa, la capitale régionale du sud-est nigérien, proche du Nigeria, a expliqué un responsable médical. Des sources humanitaires ont confirmé le nombre de tués et fait état d’une dizaine de blessés.

Distribution de vivres et d’argent
L’aide était offerte par Babagana Umara Zulum, le gouverneur de l’État nigérian de Borno (nord-est du Nigeria) qui est venu lundi visiter les sites de réfugiés nigériens fuyant les attaques de l’organisation djihadiste Boko Haram et qui sont installés dans plusieurs zones de la région de Diffa depuis 2015. Babagana Umara Zulum avait déjà quitté Diffa avant la bousculade, a déclaré un officiel nigérien.

On distribuait des vivres et de l’argent, à raison de 5 000 nairas (la monnaie nigériane – soit 15 €) par personne. Il y avait des milliers de personnes, en majorité des réfugiés, qui avaient appris la nouvelle de la distribution et qui ont quitté leurs camps, situés parfois à une centaine de km pour venir à Diffa, a expliqué un habitant.

Même de simples habitants de Diffa se sont rués pour espérer recevoir l’aide, a témoigné un autre habitant.

L’information sur la distribution s’était répandue dès les premières heures de la journée et des milliers de personnes ont envahi la cour et les environs de la MJC, a affirmé un agent de la municipalité de Diffa qui se trouvait près des lieux du drame. Du riz, de l’huile, des vêtements et de l’argent devaient être distribués aux réfugiés, a-t-il précisé.

« Piétinés à mort »
Dès que les premières personnes ont reçu leur ration, la foule compacte a commencé à « bouillir » les organisateurs ont été vite débordés : hommes, femmes, enfants ont commencé à se presser les uns contre les autres. Les plus faibles sont tombés par terre et des enfants ont été piétinés à mort, a affirmé cet agent.

D’habitude, ce sont des représentants des bénéficiaires qui viennent chercher les aides à Diffa et repartent les redistribuer sur les sites, mais cette fois ce sont les réfugiés eux-mêmes qui ont décidé de parcourir des dizaines de km pour venir recevoir leur aide, a indiqué un élu local.

Très vite les secours sont arrivés pour évacuer les blessés vers différents centres de soin et pour acheminer les corps à la morgue de l’hôpital de Diffa proche, selon un journaliste local.

Attaques djihadistes, inondations…
La venue du gouverneur de Borno était la première visite d’un haut responsable civil nigérian dans la région de Diffa où il s’est rendu à Bosso, Garin-Wazan et Toummour, trois localités qui abritent plus de 100 000 réfugiés du Nigeria, sur un total de 300 000 dans toute la région.

En plus de l’insécurité liée aux attaques régulières de Boko Haram, Diffa est confrontée à de graves inondations provoquées par une crue de la Komadougou Yobé, la rivière qui sépare le Niger du Nigeria, qui ont déjà fait plus de 20 000 sans-abri, selon les autorités locales. Les eaux ont également dévasté des champs de poivrons et de riz, deux piliers de l’économie locale.

Au total, le Niger, un des États les plus pauvres au monde, abrite près de 450 000 réfugiés (Nigérians, Maliens et Burkinabé) et déplacés internes, chassés par les violences djihadistes ou des bandes armées, selon l'Onu qui s’inquiète du manque de fonds pour couvrir tous les besoins. Certains réfugiés et déplacés vivent au milieu d’une population déjà très pauvre.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018