riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Niger : le bilan s'alourdit après l'attaque terroriste de deux villages dans l'ouest du pays

Source : Rfi


Rédigé le Lundi 4 Janvier 2021 à 22:52 | Lu 78 fois | 0 commentaire(s)


Au Niger, le bilan ne cesse d'augmenter après les attaques menées dans deux villages différents du département de Ouallam dans l'ouest du pays, dans la zone des « trois frontières », proche du Mali et du Burkina Faso. On parle désormais de 100 victimes.
Selon le maire de la commune de Tondikiwindi, qui administre les villages ayant subi les attaques, il y aurait pour l'instant 70 morts à Tchombangou et 30 à Zaroumdareye, des chiffres également confirmés à RFI par le gouverneur de la région.

Les deux villages sont situés à environ 120 kilomètres au nord de la capitale Niamey, dans la région de Tillabéry à la frontière du Mali et du Burkina Faso. Cette zone dite des « trois frontières » est une cible régulière pour les jihadistes.


Photo : Rfi
Photo : Rfi
Une vengeance suite à la mort de deux jihadistes

Le maire parle de deux colonnes de centaines de terroristes venus à moto. Selon des sources concordantes, ce raid serait une vengeance suite à la mort de deux éclaireurs des groupes, tués par les groupes d'auto-défense du village.

Ce dimanche après midi, une délégation officielle menée par le Premier ministre Brigi Rafini et le ministre de l'Intérieur Alkache Alhada s'est rendue sur place afin de « soutenir moralement les populations ». Le président nigérien Mahamadou Issoufou a présenté ses condoléances aux populations de Tchombangou et Zaroumdareye cet après-midi. Dans un tweet, il a qualifié ces attaques « de lâches et barbares ».

Le chef présumé de la bande est connu des services de renseignements

Outre leurs condoléances, les officiels ont apporté des vivres et des médicaments aux populations. Selon plusieurs sources, tous les greniers de vivres des deux villages ont été incendiés par les jihadistes. Une véritable « politique de la terre brûlée », selon un observateur. Arrivés sur zone, plusieurs centaines de soldats des forces spéciales de l'opération Almahaou quadrillent le secteur. Des ratissages sont en cours.

Un officier général a décrit les terroristes comme « des gens déchaînés, violents et sanguinaires ». Il a ajouté : « Il faut les rechercher et les neutraliser. Il faut leur faire la guerre. » Même si ces attaques ne sont pour l'instant pas revendiquées, le chef présumé de la bande, Maii Touwo, est connu des services de renseignements militaires : il s'agirait d'un natif d'un village voisin, issu de la même ethnie que celle qu'il a fait massacrer.

Les habitants survivants de l'attaque ont, selon les autorités, massivement fui vers le sud et la ville de Mangaizé, à 40 kilomètres de là, en zone sécurisée. Là-bas, un dispositif d'accueil attends les rescapés. Alkache Alhada a lui annoncé qu'une compagnie militaire nigérienne va s'installer dans la zone où a été commis le massacre, afin de protéger les populations restantes. À la demande du président Mahammadou Issoufou, un Conseil national de sécurité se tient ce lundi matin.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018