riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

PAS DE PAIX SANS JUSTICE / Ousmane Sonko : " Nous n’accepterons pas qu’on nous lie avec une charte qui ne sera pas respectée par Macky Sall "


Rédigé le Mercredi 24 Novembre 2021 à 22:31 | Lu 56 fois | 0 commentaire(s)


Ousmane Sonko a réitéré, aujourd'hui, devant la presse, son refus de signer la charte de non-violence proposée par le Cadre Unitaire de l'islam au Sénégal (CUDIS). Et pour cause, le leader de Pastef affirme que cette charte semble ne pas servir à grand chose.


En conférence de presse aujourd'hui, Ousmane Sonko a justifié son refus de signer la charte de non-violence proposée par le Cadre Unitaire de l'islam au Sénégal.

« Je respecte les personnes qui sont à l’initiative de la charte pour la non-violence. J’ai reçu la délégation conduite par Serigne Cheikh Al Amin », a déclaré Sonko.

Toutefois, durant cette rencontre, le leader de Pastef a posé un certain nombre de questions portant principalement sur « la force exécutoire » de la charte.
« J’ai cherché à savoir s’ils avaient la garantie que Macky Sall respecterait les clauses de la charte et s’ils seraient capables de le mettre face à ses responsabilités si jamais la violence venait de son camp, sans avoir de réponse ».

Tout ça pour dire que la charte en question n’a pas sa raison d’être. Allant plus loin, Ousmane Sonko a affirmé que certaines organisations religieuses « avaient peur de dire la vérité alors que la violence vient toujours de son bord ». Et ceci, malgré le mémorandum fourni par le M2D suite aux événements tragiques de mars dernier.

« Nous respectons les autorités religieuses et n’avons pas besoin d’intermédiaires pour nous entretenir avec eux. Et il faut savoir que, quelquefois, des personnes parlent au nom de toute une confrérie sans en avoir la légitimité. Par contre, nous n’accepterons pas qu’on nous lie avec une charte qui ne sera certainement pas respectée par l’autre camp », a poursuivi Sonko.

Le leader du Pastef a conclu par dire que cette page était tournée et n’était qu’un moyen pour distraire l’opposition d’autant plus que la Constitution avait déjà réglé ce problème.
Pour rappel, le CUDIS avait annoncé qu’il allait s’entretenir aujourd’hui même avec la coalition Yewwi Askan Wi.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018