riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Prison ferme pour 97 membres de Boko Haram

TDG


Rédigé le Mardi 27 Août 2019 à 20:55 | Lu 39 fois | 0 commentaire(s)


Tchad. Des dizaines de djihadistes du groupe Boko Haram ont été condamnés entre 10 et 20 ans de prison ferme par la justice tchadienne.


Des membres du groupe Boko Haram condamnés au Tchad. (Photo d'illustration) Image: archive/AFP
Des membres du groupe Boko Haram condamnés au Tchad. (Photo d'illustration) Image: archive/AFP
La justice tchadienne a condamné 97 membres du groupe djihadiste nigérian Boko Haram.

Dix personnes ont été acquittées en vertu de la présomption d'innocence et une parce qu'elle était mineure, a déclaré à l'AFP le ministre tchadien de la justice, Djimet Arabi.

Les membres de Boko Haram ont été jugés dans le cadre d'un procès devant la Cour criminelle spéciale dimanche impliquant plusieurs centaines de détenus de la prison de haute sécurité de Koro Toro, située dans le désert.

Le procès a par ailleurs conduit à la condamnation de plus de 240 rebelles de l'Union des forces de la résistance (UFR).

Les attaques attribuées à Boko Haram se sont multipliées depuis juin 2018 dans la région du lac Tchad. La plupart de la dizaine d'attaques au Tchad avaient visé des positions de l'armée.

Fin mars, 23 soldats tchadiens avaient été tués dans un assaut contre une base avancée sur la rive nord-est du lac. Une autre attaque de Boko Haram le 21 juin avait entraîné la mort d'au moins 11 militaires tchadiens.

L'insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, et sa répression par l'armée, ont fait plus de 27'000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays. Elle a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.

Depuis 2015, les pays de la région luttent contre Boko Haram au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée dans la région du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés d'habitants.








Derniers tweets


Derniers connectés


Malawi : le viol initiatique des jeunes filles par des " hyènes " (Vidéo)

Avec France 24

Dans le sud du Malawi existe un rituel initiatique violent : les jeunes filles qui atteignent la puberté doivent avoir des relations sexuelles forcées avec une " hyène ", un homme désigné par leur famille. Ce viol est encadré par des règles strictes, et il est organisé dans le plus grand secret. Une pratique qui perdure malgré son interdiction.

Babacar Gueye
09/11/2018