riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Crash près de Téhéran : l’armée iranienne reconnaît avoir abattu l’avion ukrainien par « erreur »

lemonde.fr


Rédigé le Samedi 11 Janvier 2020 à 18:31 | Lu 82 fois | 0 commentaire(s)


Volte-face, trois jours après le crash de l’avion d’Ukrainian Airlines. L’état-major des forces armées iraniennes a déclaré, samedi 11 janvier, qu’une « erreur humaine » était à l’origine de la catastrophe. Le Boeing 737, qui transportait 176 personnes qui ont toutes été tuées, a été pris pour un « avion hostile » et a été « touché » alors que les menaces ennemies étaient au plus haut niveau, explique un communiqué publié par l’agence officielle IRNA.


Téhéran a présenté ses excuses, tout en pointant la responsabilité de l’« aventurisme américain » dans ce drame. L’Iran regrette « profondément » ce crash, « une grande tragédie et une erreur impardonnable », a déclaré le président iranien Hassan Rohani. Plus tôt, le ministre des affaires étrangères iranien avait déjà exprimé « regrets, excuses et condoléances », tout en soulignant que Washington n’était pas étranger à ce drame.

Il faisait allusion à la tension provoquée par l’élimination le 3 janvier du général iranien Ghassem Soleimani dans un tir de drone à Bagdad, sur décision de Donald Trump, avant des tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak. L’avion qui s’est écrasé mercredi quelques minutes après son décollage de Téhéran avait survolé une zone située à proximité d’un site militaire sensible appartenant aux Gardiens de la révolution.

Le missile touchant l’avion apparaît dans une vidéo publiée jeudi par le quotidien américain The New York Times :









Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018