riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Guédiawaye, en banlieue dakaroise, zone la plus criminogène au Sénégal (Direction de la Sécurité publique)


Rédigé le Mardi 25 Février 2020 à 19:03 | Lu 106 fois | 0 commentaire(s)


Du 1 au 31 janvier 2020, 7 329 personnes ont été interpellées. Parmi elles, il y a 7 265 personnes qui ont été déférés au parquet, dont 64 étrangers (31 remis entre les mains du Procureur), et 8 771 plaintes déposées.


D’après les statistiques de la Direction de la Sécurité publique (DSP) relayées par le quotidien Enquête, dans sa livraison du jour, 439 des personnes ayant fait l’objet d’une interpellation ont un lien avec la drogue. Les chiffres révèlent aussi 357 cas d’atteintes aux biens (vols avec violence, cambriolage, vol de bétail, etc). 104 arrestations pour prostitution, 56 pour coups et blessures volontaires, 31 pour viol, pédophilie, et autres atteintes de mœurs, etc.

Durant ce premier mois de l’année, il y a eu 11 cas de meurtres dont 10 ont été élucidés. Autrement dit, leurs auteurs ont été mis aux arrêts, soit un taux d’élucidation de l’ordre de 90,94%. Il ressort de ces chiffres que les zones les plus criminogènes au Sénégal restent Guédiawaye, en banlieue dakaroise avec 5 cas, Dakar, la capitale sénégalaise, (3 cas), Mbour et Diourbel, à l’intérieur du pays avec respectivement 2 et 1 cas. En outre, 2 bandes de malfaiteurs ont été arrêtées.

Durant la même période, 499 accidents matériels et corporels ont été répertoriés, faisant 13 morts. La drogue n’est pas en reste avec des saisies de l’ordre de 1,5 tonne de chanvre indien, 1 mille 374 cornets et 69 joints. 6 boulettes de cocaïne, et 24 capsules ont été également saisies. Des saisies faites lors d’opérations de sécurisation, diurnes comme nocturnes, organisées sur l’ensemble du territoire national.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018