riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Insolite / Kim Jong-Un en larmes en plein discours : “ Je n’ai pas toujours été à la hauteur ”

Source : 7sur7.be


Rédigé le Mardi 13 Octobre 2020 à 00:13 | Lu 102 fois | 0 commentaire(s)


Moment très rare en Corée du Nord: Kim Jong-Un, très ému, a effectué une sorte de mea culpa en plein milieu d’un discours pour les 75 ans du Parti du Travail.


“ Notre peuple a placé toute sa confiance en moi, aussi haute que le ciel et aussi profonde que la mer, mais je n’ai pas toujours été à la hauteur. Je suis vraiment désolé pour ça ”. Kim Jong-Un a surpris son monde en présentant ses excuses à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti du Travail. Il a même retiré ses lunettes pour essuyer ses larmes au milieu du discours.

Un message peu commun qui montre que le dirigeant nord-coréen peut se sentir sous pression. " On peut comprendre que Kim ressent une grande pression. Pendant son discours, il a utilisé les termes 'graves défis', 'innombrables épreuves' et 'catastrophes sans précédent dans l’histoire'. Cela montre ses difficultés à gouverner, et il se sent stressé par la crainte que son peuple puisse être en colère ou influencé par ces difficultés ”, analyse Hong Min, directeur du département de la Corée du Nord à l’Institut Coréen pour l’Unification nationale dans le journal sud-coréen.

La Corée du Nord a dévoilé un missile balistique intercontinental géant lors de l’imposant défilé militaire de l’événement. “ Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d’autodéfense et de dissuasion ”, a lancé à la foule le leader nord-coréen. Kim Jong-Un a également assuré qu’il n’y avait “ pas une seule personne ” atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018