riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Manifestations à Beyrouth : un policier tué et des ministères pris d’assaut

Le Parisien


Rédigé le Lundi 10 Août 2020 à 00:27 | Lu 113 fois | 0 commentaire(s)


Des manifestants ont pénétré, notamment, dans le ministère des Affaires étrangères, proclamé « quartier général de la Révolution », avant d’en être délogés par l’armée. Des milliers de Libanais ont protesté contre le régime en place, quatre jours après l’explosion meurtrière au port de Beyrouth.


Des manifestants menés par des officiers à la retraite ont pris d’assaut ce samedi soir le siège du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, le proclamant « quartier général de la Révolution ».  REUTERS/Ellen Francis
Des manifestants menés par des officiers à la retraite ont pris d’assaut ce samedi soir le siège du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, le proclamant « quartier général de la Révolution ». REUTERS/Ellen Francis
Des milliers de Libanais manifestent leur colère ce samedi dans la capitale pour contester les autorités, qu'ils estiment responsables des gigantesques explosions au port qui ont fait plus de 150 morts et 6 000 blessés mardi dernier. Face à la pression de la rue, le Premier ministre libanais, Hassan Diab, a annoncé qu'il allait proposer des élections parlementaires anticipées. Un policier libanais a été tué lors d'affrontements avec des manifestants dans le centre de la capitale, a annoncé un porte-parole de la police.

Délogés du ministère des Affaires étrangères
Menés par des officiers à la retraite, une dizaine de manifestants ont pris d'assaut vers 18 heures, heure locale (17 heures en France), le siège du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, le proclamant « quartier général de la Révolution ». Envoyée en renfort, l'armée a délogé les manifestants en fin de soirée, usant de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes.

« Nous avons pris le ministère des Affaires étrangères comme quartier général de la Révolution », avait annoncé dans un communiqué, depuis l'élégant perron du ministère, l'ex-général Sami Rammah, devant quelque 200 personnes qui criaient « Révolution ».

Cette initiative, diffusée en direct à la télévision, est intervenue alors que l'attention des forces de sécurité se concentrait sur le rassemblement de milliers de protestataires dans le centre-ville.

Un groupe de manifestants s'en est également pris auparavant au Parlement, jusqu'à tenter d'y pénétrer, rapporte l'agence Reuters. Ils ont été séparés par la police, qui a tiré des gaz lacrymogènes.

D'autres ministères et banques ciblés
Un peu avant 21 heures, heure locale, des manifestants en fureur ont également pris d'assaut le quartier général de l'Association des banques dans le centre de Beyrouth. Ils y ont mis le feu au rez-de-chaussée avant d'être délogés par l'armée. « À bas le règne des banques ! », criaient les protestataires. Ce siège cristallise la colère des Libanais depuis que les banques imposent des restrictions monstres sur les retraits et les transferts des déposants. D'autres ministères ont également été investis, à l'instar de celui de l'Économie.

Peu après, les protestataires sont parvenus à pénétrer dans le ministère de l'Énergie. Selon des images en direct sur les chaînes de télévision libanaises, les protestataires ont fait irruption dans le bâtiment sous le regard impuissant des forces de sécurité. Le secteur de l'Énergie constitue le symbole de la gabegie des services publics et de la corruption dont est accusée la classe politique. Le rationnement du courant alimente la colère de la population.

Un policier tué, plus de 100 blessés
Un policier a été tué au cours des manifestations qui ont dégénéré par endroits en affrontements, a indiqué la police libanaise sur Twitter. « Un membre des Forces de sécurité intérieure est décédé […] en aidant des personnes coincées dans l'hôtel Le Gray », a précisé cette source, ajoutant sans autre détail qu'il avait « été agressé par un certain nombre d'émeutiers qui ont entraîné sa chute et sa mort ».

Selon la Croix-Rouge libanaise, 63 personnes ont été blessées lors des violences qui ont émaillé la manifestation et transportées dans des hôpitaux, et 175 autres soignées sur place.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018