riopost
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Trump condamné pour utilisation de sa fondation à des fins personnelles


Rédigé le Vendredi 8 Novembre 2019 à 17:28 | Lu 73 fois | 0 commentaire(s)


Donald Trump est condamné à verser 2 millions de dollars de dommages et intérêts à des œuvres de charité. Une décision prise dans le cadre d’un accord à l’amiable négocié par le président américain pour mettre fin à une procédure intentée contre lui. Il avait notamment organisé un gala de charité dans l’Iowa, mais avait utilisé les fonds pour sa campagne présidentielle.


Trump condamné pour utilisation de sa fondation à des fins personnelles
Donald Trump a plusieurs fois affirmé qu’il ne céderait pas dans ce dossier, il s’est finalement résolu à négocier plutôt que d’affronter un procès. Selon les termes de l’accord, le président a même reconnu sa faute. Un aveu rarissime pour Donald Trump.

En janvier 2016, quelques jours à peine avant les premiers caucus de l’Iowa, sa fondation avait organisé un gala de charité dans cet État clé, et collecté 2,8 millions de dollars. Mais l’événement avait en fait été organisé par son équipe de campagne et les fonds n’avaient fait que transiter par sa fondation.

Le président a aussi reconnu avoir utilisé son institution de bienfaisance pour servir ses sociétés privées. Elle a ainsi acheté un portrait de Donald Trump pour 10 000 dollars, qui a ensuite été exposé dans l’un de ses hôtels de Floride.

« La fondation Trump n’était rien d’autre qu’un carnet de chèques destiné à servir les intérêts politiques et financiers du président », a dénoncé le procureur de New York.

Les deux millions de dollars de dommages et intérêts que le président va débourser seront versés à huit organisations charitables. Et Donald Trump s’est engagé à ne plus reproduire ce type d’agissement.








Derniers tweets


Derniers connectés


(Livre) " Sexe, race et colonies " : " Un viol qui a duré six siècles "

L'Obs

L'ouvrage collectif " Sexe, race et colonies " est un événement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs américains, expliquent à " l'Obs " le plus grand tabou de la colonisation.

Babacar Gueye
30/09/2018